Navigation – Plan du site
Articles

Les cantaliens et la conscription : du refus militaire à l'insertion nationale, 1789-1852

Jean-Pierre Serre

Résumés

De l'Ancien Régime au début des années 1840, le Cantal refuse les divers modes de recrutement militaire. Les formes et l'intensité de cet échec varient selon la guerre ou la paix, dans ses chiffres, mais il persiste dans ses fondements. On peut, dès lors, se poser le double problème de la signification d'un phénomène historique si constant et du pourquoi de son évolution sous Louis-Philippe. Cette résistance, aux formes classiquement différenciées selon l'appartenance sociale, s'appuie sur une cohésion familiale et villageoise où la violence demeure l'argument ultime face à l'emprise de l'État. Deux explications sont alors possibles : la première fait du politique le motif essentiel, singulièrement à l'époque révolutionnaire et impériale ; la seconde privilégie les aspects économiques avec la réelle misère et l'émigration qui en est l'exutoire. L'acceptation du fait militaire par la société cantalienne, vers 1840, montre la réalité de cette dernière explication, concomitante de son insertion économique et politique dans la France de Louis-Philippe.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Serre, « Les cantaliens et la conscription : du refus militaire à l'insertion nationale, 1789-1852 », Cahiers d'histoire [En ligne], 46-1 | 2001, mis en ligne le 28 janvier 2008, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://ch.revues.org/91

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org