Navigation – Plan du site
Articles

L'identité savoyarde

Paul Guichonnet

Résumés

Fortement ressenti par les habitants de l'ancien Duché de Savoie, le sentiment d'appartenance ne répond pas aux critères classiques de l'identité régionale. Il ne se fonde pas, en effet, sur un particularisme géographique ou ethno-linguistique, dans une province où le français s'est précocement imposé comme langue de la culture, de l'Église et de l'administration. Il est essentiellement de nature historique. Du XIe siècle à 1792, les Savoyards ont — mise à part une première expérience de réunion à la France (1536-1559) — vécu sous l'autorité d'une dynastie envers laquelle ils manifestaient allégeance et fidélité. Au cours du XVIIIe siècle, l'absolutisme monarchique réduit et élimine les particularismes régionaux, dans un État pluri-ethnique et pluri-linguistique. La période d'intégration à la France révolutionnaire et impériale (1792-1815) marque une rupture fondamentale dans le destin savoyard, avec l'émergence de l'idée de nation et de patrie. Récusant une solution " indépendantiste ", étrangère à leur culture politique, les Savoyards de la première moitié du XIXe siècle sont face au dilemme de leur réunion à la France ou du maintien du lien avec le Piémont. Il est tranché par la cession du Duché à Napoléon III, prix du concours de la France à l'expansion du royaume de Sardaigne en Italie. Ratifiée par le plébiscite de 1860, l'intégration à la France s'opère rapidement sous la Troisième République : c'est le passage de l'ancienne " Savoie dynastique " à la " Savoie citoyenne ". L'actuelle agitation séparatiste se nourrit du mécontentement né de la crise socio-économique, imputée à l'État-nation, sans proposer une alternative crédible à l'étroite symbiose des deux départements avec la France démocratique.

Deeply felt by the inhabitants of the former duchy of Savoy, the feeling of belonging does not meet the classical criteria of regional identity. Indeed, it is not founded on a geographical or ethno-linguistic specificity, in a province where the French language early compelled recognition as the language of culture, of the church and of the administration, but it is essentially of an historic nature. From the XIth century on to 1792, the Savoyards, apart from an initial merging experience with France (from 1536 to 1559), lived under the authority of a dynasty to witch they showed allegiance and fidelity. In the course of the XVIIIth century, monarchical absolutism reduced and did away with regional specificities, in a multi-ethnic and multilinguistic state. The period of integration to revolutionary and imperial France (1792 to 1815) marked a definite break in the savoyard destiny with the rising idea of a nation and a homeland. As they rejected an " independentist " solution which was alien to their political culture, the Savoyards of the first half of the XIXth century were faced with the dilemma of either merging with France or maintaining their bond with Piemont. The matter was settled by the transfer to the Duchy to Napoleon III, as a reward to France for contributing to the expansion of the kingdom of Sardinia in Italy. Ratified by the plebiscit of 1860, the integration to France was swiftly carried out under the Third Republic — the transition from " dynastic Savoy " to " the Savoy of citizens ". The current separatist agitation feeds on a discontent that is born of the social and economic crisis ascribed to the nation State, without offering a credible alternative to the tight symbiosis between two french " departements " and democratic France.

Haut de page

Entrées d'index

Index de mots-clés :

Histoire culturelle
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Guichonnet , « L'identité savoyarde », Cahiers d'histoire [En ligne], 42-1 | 1997, mis en ligne le , Consulté le 23 avril 2014. URL : http://ch.revues.org/9

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page