Navigation – Plan du site
Articles

Rester à son poste sous Vichy. Etude des mémoires de Max Henri Gibert, haut-magistrat parisien de la première moitié du XXe siècle

Paula Cossart

Résumés

Comment les hauts magistrats ont-ils réagi face à la mise en place du gouvernement de Vichy ? Quelles raisons ont pu avancer pour se justifier ceux qui ont choisi de continuer à exercer leurs fonctions, à appliquer les lois du nouveau régime ? Peut-on à la fois résister et rester à son poste ? Ce sont ces questions que les mémoires de Max Henri Gibert, haut magistrat parisien, nous permettent d'appréhender. Hostile au nouveau régime, se disant de conviction socialiste-marxiste, Max Gibert, vice-président du tribunal de la Seine sous l'Occupation, n'est pas épuré. Il choisit alors de prêter serment au chef de l'État et de continuer à juger sous Vichy. Parallèlement, il devient vite un membre actif de la Résistance judiciaire parisienne. Le texte manuscrit de Max Gibert, retrouvé encore cacheté de cire dans un fonds constitué de pièces déposées au greffe du tribunal civil de la Seine, contribue donc à combler le vide que représentait jusqu'à présent l'absence de témoignage personnel d'un juge sur la période de l'Occupation.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Justice, Vichy

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paula Cossart, « Rester à son poste sous Vichy. Etude des mémoires de Max Henri Gibert, haut-magistrat parisien de la première moitié du XXe siècle », Cahiers d'histoire [En ligne], 45-1 | 2000, mis en ligne le , consulté le 28 mai 2017. URL : http://ch.revues.org/69

Haut de page

Auteur

Paula Cossart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org