Navigation – Plan du site

Editorial

Jean-Luc Mayaud

Entrées d’index

Mots-clés :

Editorial
Haut de page

Texte intégral

1Avec la présente livraison, les Cahiers d'histoire inaugurent leur 45e année d'existence. On pourrait penser qu'ayant atteint une telle longévité, notre revue est suffisamment installée pour faire face aux aléas du quotidien éditorial : si les propositions d'articles ne manquent pas, provenant d'auteurs confirmés et de jeunes chercheurs, nous devons reconnaître que les rédacteurs de comptes rendus ou de notes de lectures se font plus rares. De même, nos collègues des diverses universités, laboratoires et associations du Centre-Est n'ont pas véritablement pris l'habitude de faire parvenir à la rédaction les appels à communiquer ou les programmes des colloques qu'ils organisent .

245 ans de vie ont permis de constituer une liste d'abonnés. Mais si les « institutionnels » de plusieurs pays demeurent fidèles, il devient quasiment impossible d'obtenir la souscription d'un abonnement par les bibliothèques : certes, les restrictions budgétaires sont régulièrement invoquées. Mais, si un plus grand nombre de lecteurs réclamaient les Cahiers d'histoire, peut-être le service des achats de ces établissements publics se laisserait-il fléchir ? Quant aux abonnés » individuels », nous ne pouvons que dresser un constat : les nouveaux, qui refusent le « photocopillage », comblent difficilement le départ des lecteurs fidèles arrivant à la retraite ou à l'âge où la lecture devient difficile. Bref, le nombre des abonnés stagne, et ce en dépit de nos efforts.

3Efforts publicitaires, bien sûr, mais aussi réduction du prix de revient de la revue : ne versant aucun droit d'auteur, les Cahiers d'histoire sont préparés dans un total bénévolat par les membres du comité de rédaction. Force est pourtant de reconnaître qu'en dépit des améliorations dans les procédures de fabrication — préparation de la copie sur traitement de texte avant livraison à l'imprimeur —, nous ne parviendrions pas à l'équilibre budgétaire sans la subvention du CNRS. Or celle-ci ne peut être éternelle : arrivant au terme de l'aide octroyée pour quatre années, nous ne devons compter que sur nous-mêmes..., sur la fidélité de nos abonnés et sur leur capacité à convaincre de nouveaux lecteurs à souscrire un abonnement aux Cahiers d'histoire.

4Il nous faut encore œuvrer à l'accroissement de l'audience de la revue. Puisque nous sommes petits, il nous faut nous associer pour être plus forts. C'est ce que nous tentons, grâce à Marin Dacos qui met toute son énergie à développer notre présence sur la « toile » par le site qu'il a créé : « revues.org », site internet ouvert il y a douze mois, en est aujourd'hui à 300 000 pages lues et à 800 abonnés à sa lettre mensuelle d'information. Ce succès, qui n'a rien de virtuel, est directement proportionnel à l'énergie déployée : fédération de revues, « revues.org » avait commencé avec Ruralia et les Cahiers d'histoire ; depuis le printemps 2000, le site est renforcé par la présence des Annales historiques de la Révolution française et de la Revue d'histoire du XIXe siècle ; d'autres publications doivent nous rejoindre dans quelques mois. Plus, « revues.org » est responsable pour la France du site des sites que constitue « Virtual library (Vlib) » . La synergie à l'œuvre produit des effets cumulés dont chaque revue bénéficie.

5Mais si le rayonnement des Cahiers d'histoire est ainsi renforcé, notre présence sur la« toile » ne produit pas un afflux considérable de nouveaux abonnés. Certes, il convient de » laisser du temps au temps », mais il nous faut également réfléchir à l'éventuelle possibilité de passer à d'autres formes de support éditorial — site internet payant, CD-ROM, etc. À l'heure où les marchands ont investi le « temple internet », plusieurs membres de la communauté scientifique publique n'hésitent pas à condamner l'édition sur papier. Les arguments sont économiquement plausibles pour qui connaît le coût de fabrication des revues ou des ouvrages « scientifiques », coût supporté pour l'essentiel par l'intervention de l'État ou des collectivités territoriales. Certes, dans l'absolu, la diffusion scientifique n'a pas de prix. Mais, sauf à rétorquer que des emplois sont générés — à l'exception des petites revues maintenues par le bénévolat de quelques-uns — et que la diffusion sur la « toile » n'est pas sans coûts, quels arguments retourner à ceux qui mettent en avant des tirages de quelques centaines d'exemplaires ? Le débat est ouvert. L'article provocant de Robert Darnton, « The New Age of the book », a eu le mérite de l'ouvrir clairement. Dans les Cahiers d'histoire, Marin Dacos a apporté une première réponse . Il récidive, avec mesure et avec le talent qu'on lui connaît, dans la Revue d'histoire du XIXe siècle. Il va de soi que, si une décision devait être prise, elle ne le serait qu'à la suite d'un réel débat dont les Cahiers d'histoire se feraient l'écho. Cette revue est la vôtre. Nous ne pouvons qu'inciter chacun à s'exprimer, soit en écrivant à la rédaction des Cahiers d'histoire soit en s'adressant directement au responsable de notre site internet .

Haut de page

Notes

1 Les Cahiers d'histoire publient tout programme de colloque dans la rubrique « Chronique ». Il est préférable de faire parvenir à la rédaction un exemplaire papier et sa version informatique, sur disquette ou directement par courrier électronique (en document attaché, sous format » échange rtf ») à l'adresse : Jean-Luc.Mayaud@ish-lyon.cnrs.fr

2 Adresse : http://www.revues.org/ruralia/

3 Adresse : http://www.revues.org/cahiers-histoire/

4 Adresse : http://www.revues.org/ahrf/

5 Adresse : http://www.revues.org/rh19/

6 Adresse : http://www.revues.org/vlib/

Revues.org héberge Vlib H-France, la section d'histoire de France de la bibliothèque mondiale de signets Virtual library. À la différence des annuaires commerciaux, Vlib est administré par une vaste confédération de volontaires issus des universités du monde entier. Ils recensent des centaines de signets pour les domaines dans lesquels ils sont spécialistes.

7 Marin DACOS,« Le numérique au secours du papier. L'avenir de l'information scientifique des historiens à l'heure des réseaux (1999) », dans Cahiers d'histoire, tome 44, n° 1, 1999, pp. 9-31. Cet article est également disponible sur notre site internet : http://www.revues.org/cahiers-histoire/1-1999/02-1-1999.html

8 Marin DACOS, « Les lendemains électroniques de l'édition historique. Pour un nouveau modèle économique de publication périodique », dans revue d'histoire du XIXe siècle, n° 20, 2000, à paraître en juillet 2000. Cet article sera prochainement en ligne sur : http://www.revues.org/rh19/

9 Jean-Luc Mayaud, ISH, 14 avenue Berthelot, 69363 Lyon cedex 07, ou par courrier électronique : Jean-Luc.Mayaud@ish-lyon.cnrs.fr

10 Adresse électronique : marin.dacos@revues.org

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Mayaud, « Editorial », Cahiers d'histoire [En ligne], 45-1 | 2000, mis en ligne le 13 mai 2009, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://ch.revues.org/63

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org