Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Keith Andrew MANN, Class and Workers Politics : The Silk and Metal Workers of Lyon, 1900-1935, Ph.D. sous la direction de Charles Tilly, New York School for Social  Research, 1997, 364 p.

Christian Chevandier

Texte intégral

1C’est en 1997 qu’a été soutenue, à l’université de Columbia, la thèse que Keith Mann a consacrée aux travailleurs et aux travailleuses lyonnais de la soie et du métal au cours du premier tiers du vingtième siècle. Étonnons-nous d’abord de cette chronologie inhabituelle. Commencer au tournant du siècle et terminer avec la crise, une crise qui au milieu des années trente s’enlise, c’est faire fi de la prévalence qu’ici nous accordons aux bornes guerrières. Combien d’entre nous ont mis en avant les conflits, la Der des ders et la suivante, pour commencer, plus encore terminer, leur étude, lorsque les hommes au massacre font oublier les hommes au travail. Nous eûmes parfois recours à des prétextes spécifiques, la nationalisation des compagnies ferroviaires quelques mois avant Munich par exemple, lorsque la chronologie n’était pas assez fine pour imposer une méticuleuse précision ? Sans doute ce bornage ultime des grandes recherches s’impose lorsque là se trouve l’énigme que l’on entreprend de résoudre, que ce soit par l’étude de La classe ouvrière de la région lyonnaise, et la thèse d’Yves Lequin est bien sûr pour Keith Mann une référence primordiale bien au-delà des premiers combats de l’été quatorze, ou celle de La crise des sociétés impériales, au cours de laquelle Christophe Charle bouleverse fondamentalement les cadres chronologiques. Loin d’être secondaire, ce point est fondamental, et l’on ne peut qu’insister sur le fait que, si l’historien européen a été socialisé dans le souvenir des ruptures constituées par les guerres dites mondiales, l’historien américain vit dans une société qui cultive encore le souvenir atterré de la Great Depression. Ce déplacement des limites est, dès lors, bien plus aisé pour l’étranger que pour le chercheur français. Pour ne prendre que le cas des chemins de fer, la thèse d’Atsushi Fukasawa, qui court de 1890 à 1918 (l’avant-Kriegel), s’oppose aux scansions plus classiques des travaux de Georges Ribeill (des origines à 1914 ; 1823-1870 ; 1914-1920 ; 1937-1981). Là encore, le regard qui s’édifie permet de repérer des départs et des termes que ne s’autorise pas le regard construit de longue date. Ce décalage de la focale est sans doute à l’origine des résultats les plus singuliers de cette thèse. Prenons garde, néanmoins, à ne pas nous laisser séduire par le seul caractère nouveau de cette délimitation. Somme toute, il n’a de pertinence que dans la justification qu’en avance l’auteur qui estime fallacieux de ne percevoir 1914 que comme la fin d’une époque, alors que la Première Guerre mondiale se révèle dans ses travaux comme un moment de transition qui ne fait que hâter des orientations déjà en cours dans la société industrielle. Mais les deux grandes période qu’il isole se situent de part et d’autre de ce moment qui reste si considérable.

2Pour cette étude des métallos, tisseurs et teinturiers de soierie lyonnais, entre 1900 et 1935, Keith Mann observe les structures professionnelles, les voit évoluer tout au long des mutations industrielles, prend en compte les politiques sociales et les modes d’organisation de la production, les réactions et comportements des ouvriers et ouvrières de différentes qualifications pour appréhender l’atelier dans toutes ses composantes, notamment en sa dimension sexuée. Et pour cela on mesure à quel point, en cinq années, les approches en termes de genre dans l’histoire du travail se sont imposées de ce côté de l’Atlantique. Elles n’apparaissent en rien insolite lors d’une lecture effectuée en 2002, après la parution de plusieurs ouvrages sur le travail des femmes, alors qu’à peine une demi-décennie plus tôt elles semblaient encore relever de la démarche volontariste.

3La biographie de l’auteur, un élève de Charles Tilly qui a fréquenté pendant ses années de recherches le Centre Pierre Léon (où Mathilde Dubesset et Michelle Zancarini-Fournel avaient mené leurs recherches sur les Parcours de femmes) et le Centre d’histoire sociale du XXe siècle à l’époque où il s’appelait CRHMSS (où s’écrivait une histoire sociale de la Grande Guerre), explique largement les pratiques de recherche et références bibliographiques, où des travaux de sociologues comme ceux de Daniel Colson  sur le mouvement ouvrier stéphanois dans la première moitié des années 1920 sont mis à profit, et où ne manque que la thèse de Catherine Omnès sur Les ouvrières parisiennes, publiée fin 1997 mais soutenue quatre ans plus tôt. Muni de ce bagage historiographique, ne pouvait que se révéler féconde la plongée dans des sources fort classiques mais toujours aussi riches : archives publiques locales et nationales, presse, mais surtout archives syndicales et patronales sur la main d’œuvre, l’organisation du travail, les qualifications, des nomenclatures encore mouvantes qui s’élaborent lorsque se négocient des accords collectifs. On conçoit d’ailleurs, en prenant connaissance de cette thèse, à quel point une décennie fut nécessaire pour que se décantent les conséquences, en termes de classification, des réglementations dans le domaine de la formation professionnelle.

4À la lecture de ces pages, qui s’appuient donc sur deux cas précis et approfondis, nous ne pouvons que nuancer notre perception des contrecoups des changements industriels sur les structures professionnelles dans la France de la seconde industrialisation. Bien des travailleurs qualifiés ont alors dû subir l’obsolescence de leur qualification, selon des rythmes inégaux, mais d’autres l’ont conservée. Quant au ratio travailleurs semi-qualifiés/travailleurs qualifiés, il a crû plus lentement que nous ne le croyions, et de manières très inégales, d’une industrie à l’autre certes, mais également au sein de chacune d’elle.

5Dans les usines textiles, le développement dans les années 1920 d’un prolétariat féminin s’est fait sans d’ailleurs mettre en cause des sociabilités antérieures. L’auteur souligne la part considérable des femmes de quelques tissages de rayonne travaillant au cours de la décennie suivante à côté de leurs mères. Dans le même temps, les tisseuses et tisseurs ruraux mais aussi domestiques urbains parvinrent à se soustraire à la prolétarisation. Mieux, et en cela les schémas linéaires auxquels nous adhérions se révèlent fallacieux, quelques paysans-tisseurs profitent dans les années 1920 de la croissance des prix agricoles pour abandonner le métier à tisser. Keith Mann cite alors Louise Tilly qui pressentait l’existence de chemins variés de la prolétarisation.

6L’approche combine le jeu d’échelle et le comparatisme, avec par surcroît la mise à l’épreuve de nos représentations des mutations par la confrontation aux dynamiques observées. Dans la métallurgie lyonnaise, la plupart des métiers subsistèrent, et ceux qui ont disparu ne l’ont fait qu’à un rythme fort lent. Dans la soie, dès le tournant du siècle, les hommes qualifiés de la teinture et du finissage freinaient la rationalisation, tandis que l’on embauchait des travailleurs peu qualifiés des deux sexes. Après guerre, ces deux opérations du travail de la soie sortirent largement des usines et purent être pratiquées par des hommes et des femmes à peine formés, un petit nombre d’hommes qualifiés n’en restant pas moins nécessaire pour en préparer et en surveiller le déroulement. La hiérarchie des qualifications n’en subsistait pas moins, et restait fortement sexuée. Lorsque, dans la métallurgie, des conventions collectives furent élaborées en 1936 par l’État, les patrons et les syndicalistes, la notion de qualification apparaissait bien comme une caractéristique masculine. Le travail des hommes est alors défini en termes de qualification, semi-qualification et non-qualification tandis que celui des femmes échappe à une telle stratification.

  • 1  Ronald AMINZADA, Class, Politics and Early Industrial Capitalism: a study of mid-nineteenth centur (...)

7Mais le gros morceau de la thèse, du moins en terme d’ambition scientifique (puisqu’il n’est traité que par le chapitre VI), est l’analyse politique, celle notamment des choix effectués par les groupes sociaux. L’auteur réfute d’abord les tentatives de mise en rapport trop superficiel des positions de classe des groupes sociaux et de leurs engagements ou comportements. Les démarches presque déterministes de certains, plus marxistes ou marxisants que véritablement marxiens au demeurant, sont présentées comme réductionnistes. Tout en laissant de côté moult éléments, elles ne souffrent pas la mise à l’épreuve d’une approche comparatiste. Et n’évoquons même pas ce qui a été proposé comme une réaction de certains chercheurs en sciences sociales à ces travers, le refus délibéré de prendre en compte la réalité des classes sociales et des mutations industrielles lorsqu’il s’agit de tenter de comprendre des phénomènes politiques : la rigueur de leurs résultats ne peut se juger qu’à l’aune de celle de leurs présupposés. Keith Mann, quant à lui, se réfère explicitement à certains travaux théoriques en sociologie historique, notamment ceux de Ronald Aminzade 1, dont les auteurs soulignent la nécessité de percevoir la position de classe comme fournissant en fait des options politiques, charge aux acteurs sociaux de se situer au sein d’alternatives, notamment par ce que l’auteur appelle “ des alliances interclasses ” (“ interclass alliances ”), mais en prenant en compte les potentialités réformatrices de l’État. Les “ intérêts de classe ” et la République, encore ! Mais, en dix ans, Édouard Herriot s’est taillé son fief, et à Lyon c’est en termes différents que se posent les problèmes dès la deuxième moitié des années 1910.

8C’est bien sûr de manière distincte que sont rythmées les évolutions respectives de la réalité et de la représentation du travail dans la soie et de la métallurgie ces années-là. Du tournant du siècle à la Grande Guerre, le marché du travail qualifié a été plus vite et plus fortement déstructuré dans l’industrie de la soie, dont les travailleurs étaient plutôt réformistes, où le courant guesdiste puis la SFIO était fortement implantés, tandis que les métallos plus proches des syndicalistes révolutionnaires parvenaient plus longtemps à maintenir leur qualification sur le marché du travail. L’on pourrait alors s’attendre de la part des ouvriers de la soie à une rupture avec la classe moyenne, donc avec les radicaux et leur attachement à la petite propriété privée. Or, il n’en est rien, et Keith Mann essaye de comprendre pourquoi. La présence de longue date en ce milieu professionnel de militants socialistes apparaît comme un élément primordial, et l’auteur insiste largement sur cet aspect qui lui semble déterminant. Ne tombe-t-il pas à ce propos dans le travers qu’il dénonce chez les autres chercheurs en sciences sociales, l’usage d’une grille de lecture peut-être trop simpliste, qui lui fait accorder une qualité décisive à la tradition et à l'usage, capables selon lui d’attribuer un caractère pérenne aux liens organisationnels ? Il signale également le rôle des pouvoirs politiques nationaux, mais aussi locaux, dans la mise en œuvre de réformes perçues comme salutaires. Mais c’est bien sûr lorsqu’il est question des effets des mutations industrielles sur la force de travail qu’il est attendu. Il démontre que la prolétarisation dans l’activité de la soie fut si prompte que les travailleurs qualifiés, classiquement perçus comme vecteurs des opinions les plus affirmées, disparurent assez rapidement pour que leurs idées se perdent sans atteindre la nouvelle génération de travailleurs semi-qualifiés de la soie. Enfin, et ce point est particulièrement bien mis en évidence, dans des entreprises textiles à faible capital constant caractéristique de cette industrie, parfois en bout de course, où le transfert en milieu rural était d’un recours facile et souvent opéré, les grèves en devenaient, du fait surtout d’une efficacité moindre, malaisées à organiser.

9Quant aux métallos, moins sensibles à ce que l’auteur dénomme “ les politiques socialistes réformistes et d’alliance interclasse ” que leurs compagnons du textile, leur engagement plus révolutionnaire s’effectua en dépit d’une prolétarisation antérieure, mais menée à un rythme bien plus lent. Parmi les éléments d’explications, le poids de la tradition est une fois encore mis en avant, avec une forte insistance, trop forte peut-être, sur la nature des modèles organisationnels. La préférence accordée aux syndicats réformistes par les radicaux locaux et nationaux est dégagée comme élément d’une stratégie destinée à gagner les travailleurs à la République dans un contexte où les attraits de la droite n’étaient pas si négligeables. C’est ainsi qu’à Lyon, ces organisations pouvaient disposer de locaux dans la Bourse du travail qu’érige la municipalité. La plupart des syndicats des métaux furent exclus de ces attributions, ce qui ne fit que les rendre encore plus hostiles aux radicaux et à l’État. Ici aussi, la nature du changement industriel est prise en compte. Dans ce secteur, où dominaient les métiers de la fonderie, l’allure de l’innovation technologique, la rationalisation mais aussi les mécanismes de défense des métiers étaient tels que le groupe dominant restait en 1914 celui des travailleurs qualifiés. Alors, les travailleurs qualifiés, syndicalistes révolutionnaires et socialistes révolutionnaires, restaient, à l’issue du processus de mutations industrielles, encore là pour transmettre leurs idées aux nouveaux venus, aux plus jeunes, souvent des travailleurs semi-qualifiés. Enfin, l’équipement productif y était devenu si onéreux que les grèves, piliers de la stratégie syndicaliste révolutionnaire, y prenaient une toute autre ampleur.  

10L’entre-deux-guerres se place bien dans une continuité. Les organisations des métallurgistes, où demeuraient anarchistes et socialistes révolutionnaires, étaient encore parmi celles qui plaidaient pour l’indépendance politique, même lorsque se construisaient le Parti communiste et la CGTU. Les travailleurs de la soie, plus proches des socialistes réformistes dans les années 1920, furent tentés par des choix plus révolutionnaires au début des années 1930, sans se lier pour cela outre mesure avec le PCF et la CGTU. La guerre a, nous le savons, joué un rôle considérable dans le renouvellement des équipements productifs de la métallurgie, augmentant largement la part des travailleurs peu ou pas qualifiés tandis que ceux qui tenaient un métier étaient, de fait, attaqués dans leur qualification par la politique de rationalisation. Un des résultats en fut la prolétarisation soutenue de la force de travail et les nouveaux travailleurs semi-qualifiés furent embauchés dans cette industrie tandis que les travailleurs qualifiés étaient acculés à affronter une politique patronale qui prenait assise sur le processus de déqualification. Pourtant, “ les travailleurs qualifiés subsistèrent ” (“ skilled workers survived ”) et maintinrent leur rôle de leaders de la protestation collective et de vecteur de sa mémoire. Mieux, la présence de la droite au pouvoir a largement réduit l’influence de leurs concurrents réformistes, rendants d’autant plus convaincants les arguments communistes et unitaires (au sens “ de la CGTU ” car la dynamique de refus de la division ouvrière, à peine prise en compte dans cette thèse, était loin d’être portée par ce courant), notamment leurs campagnes contre la rationalisation, leur ralliant les travailleurs moins qualifiés et contribuant ainsi à une relative homogénéisation idéologique de ce groupe social. C’est de ce temps que date l’organisation du Parti communiste en cellules d’usine, rupture considérable avec la tradition socialiste. Pour l’auteur, c’est ce qui permit aux communistes, notamment grâce à leur presse, de construire une influence étayée sur le terrain, mais il trébuche, comme tant d’autres, comme tous les autres, sur les difficultés de la mesure réelle de la véracité, de la crédibilité et de l’influence des productions des rabcor.

11Victimes plus encore, tout autant de l’aggravation des conditions de travail que de la détermination politique d’un gouvernement plus hostile, les travailleurs de la soie n’en demeuraient pas moins, du moins dans les années 1920, fidèles à un syndicalisme plus modéré, avant de durcir leurs positions au cours de la décennie suivante. Pour l’auteur, sont décisives dans le premier temps de cette évolution l’absence d’une mémoire de la lutte sociale et corporative, alors que l’existence de longue date d’un courant politique au sein d’un groupe social met en place une inertie aux effets considérables, mais aussi, encore, la nature du capital constant, réduit et mobile, de ce secteur. Puis, outre le fort et patient engagement des militants communistes et unitaires, l’intérêt qu’ils portaient aux conditions de travail, avec toujours ce crédit peut être exagéré accordé par Keith Mann à la presse ouvrière militante, ces feuilles d’usines dont nous connaissons surtout le contenu. Mais, en ce cas encore, le rôle des transformations industrielles est mis en évidence, notamment l’installation dès la fin des années 1920 d’équipements onéreux pour le traitement de la rayonne.

12Sur l’ensemble de la période et pour ces deux secteurs, l’auteur établit que les travailleurs, y compris s’ils sont fortement prolétarisés et n’ont aucun intérêt matériel au maintien de la propriété privée, n’en sont pas moins favorables à des alliances avec des politiciens qui portent les valeurs des classes moyennes si ceux-ci sont capables d’engager des réformes significatives, si des militants politiques de leurs organisations se font remarquer par l’intensité de leur engagement et surtout si, au sein du mouvement ouvrier, les militants hostiles au réformisme ne sont pas capables de proposer et de mettre en œuvre des modes d’action adaptés à la nature de cette industrie. En revanche, cette alliance entre travailleurs et classes moyennes se dissout lorsqu’elle n’est plus en mesure d’apporter par des réformes des améliorations significatives des conditions de travail et de vie, révélant ainsi la République comme ayant fait le choix du soutien au patronat, que la présence organisationnelle des réformistes se fait discrète et qu’ils se révèlent incapables de proposer une stratégie et des tactiques efficaces dans le cadre d’une industrie déterminée, a fortiori si celle-ci est en déclin.

13Dans cette approche des rapports entre la prolétarisation et la cohésion des démarches politiques, c’est une nouvelle fois la séduction du communisme pour les travailleurs français qui est étudié, Keith Mann y voyant le reflet dans l’après-guerre du syndicalisme révolutionnaire et de marges minoritaires du socialisme français. Contre l’explication qu’il juge uniquement politique d’Annie Kriegel, dont la thèse est si forte qu’un tiers de siècle plus tard on en est encore à ferrailler contre ses démonstrations, il insiste sur le mutuel renforcement des effets de la prolétarisation et de l’ancrage dans la tradition syndicaliste révolutionnaire de la culture politique caractéristique de la révolution russe. Ce sont, pour lui, les mêmes facteurs qui sont à l’œuvre, permettant dans un premier temps au syndicalisme révolutionnaire de se développer, mais en restreignant singulièrement l’attrait lorsque, dans l’entre-deux-guerres, tout est bouleversé : organisation économique, structures sociales, cultures politiques. Au demeurant, ce syndicalisme révolutionnaire ne s’appuyant que sur les travailleurs qualifiés et ne proposant que l’action au sein de l’entreprise comme la voie de l’abolition du système salarial avait avant même la Grande Guerre montré ses limites. C’est en s’attaquant aux clivages liés aux différences de niveaux de qualification que les communistes séduisent les ouvriers en leur donnant, dans le contexte menaçant de la rationalisation, la perspective d’un combat commun. En étant tout autant hostile à l’État que les syndicalistes révolutionnaires, les communistes trouvent d’autant plus d’écho au sein du monde ouvrier que les gouvernements apparaissent (et sont) réactionnaires. L’exemple de la révolution russe n’est pas non plus à négliger, dans la mesure où il semble démontrer que l’action politique n’était pas fatalement réformiste, ouvrant ainsi des perspectives qu’ignoraient les syndicalistes révolutionnaires.

14La thèse de Keith Mann pose des questions qui sont de très longue date celles du mouvement ouvrier, et la tentation est grande de se risquer au-delà de ses conclusions. Le rôle qu’il souligne des militants permet d’envisager d’autres fondements des engagements. Mais, par son étude de deux industries de premier plan, surtout à Lyon, qui ne correspondent cependant qu’à un nombre somme toute restreint de métiers, il souligne à quel point la prolétarisation a dans les trente-cinq premières années du siècle emprunté des chemins divers (“ various and uneven paths of proletarianization ”), soulignant ainsi le caractère peu pertinent du modèle d’un mouvement universel et rectiligne. La thèse se veut, et c’est sa nature même, démonstrative. Jonglant d’un empirique qui rappelle l’école française à un théorique qui est celui des historiens américains, l’auteur parvient à établir des démonstrations dont on perçoit qu’elles lui sont chères. Pourtant, c’est dans les parties descriptives, et l’on sent qu’il n’en contient qu’à regret la dimension positiviste, que se situent en grande part les trésors de cette recherche. Dans certains chapitres (IV, V, VII, VIII), la vie au travail des hommes, des femmes, les certitudes qui construisent leurs identités, sont décrites et décortiquées avec justesse, leur donnant une valeur qui dépasse largement leur fonction au sein de la démonstration.

Haut de page

Notes

1  Ronald AMINZADA, Class, Politics and Early Industrial Capitalism: a study of mid-nineteenth century Toulouse, France, Albany, State University of New York Press, 1981 ; Ronald AMINZADA, Ballots and Barricades: Class Formation and Republican Politics in France, 1830-1871, Princeton, Princeton University Press, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Chevandier, « Keith Andrew MANN, Class and Workers Politics : The Silk and Metal Workers of Lyon, 1900-1935, Ph.D. sous la direction de Charles Tilly, New York School for Social  Research, 1997, 364 p. », Cahiers d'histoire [En ligne], 46-3/4 | 2001, mis en ligne le 13 mai 2009, consulté le 23 avril 2017. URL : http://ch.revues.org/436

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org