Navigation – Plan du site
Articles

Lorsque la réunion des citoyens fait peur

Commentaires juridiques sur la liberté de réunion en France depuis la loi libérale de 1881 jusqu’aux interdictions administratives des années 1930.
Paula Cossart

Résumés

L’étude d’une quinzaine de thèses écrites des années 1880 aux années 1930 sur le droit de réunion révèle que, même après que la loi de 1881 a assuré aux citoyens la jouissance d’un très large droit de se réunir, la réunion politique est encore perçue comme menaçante, sentiment qui renaît chaque fois qu’il est pressenti que l’échange d’idées, dans la réunion, pourrait faire place à l’action. La réunion politique n’est présentée comme une forme légitime de participation des citoyens à la vie publique que lorsque ceux-ci se contentent d’y exposer ou d’y échanger des idées, contribuant ainsi à la formation d’une opinion publique. La réunion reste toutefois généralement reconnue comme un droit naturel, et jusqu’au début du XXe siècle, le caractère libéral de la législation de 1881 est défendu par la plupart des juristes. Mais, face à l’évolution de la pratique des réunions politiques dans l’entre-deux-guerres, nombreux sont ceux qui souhaitent l’imposition d’une certaine limitation au droit de réunion, et ce notamment pour que la liberté elle-même soit garantie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paula Cossart, « Lorsque la réunion des citoyens fait peur », Cahiers d'histoire [En ligne], 46-3/4 | 2001, mis en ligne le 13 mai 2009, consulté le 28 mai 2017. URL : http://ch.revues.org/427

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org