Navigation – Plan du site
Élites et pouvoirs : enjeux politiques

Les conflits des élites locales dans la France moderne : le cas breton

James Collins

Résumés

Les élites locales françaises, comme leurs homologues de l'Europe moderne, durent s'accommoder du pouvoir central. En Bretagne, les élites se servirent d'une assemblée représentative pour partager le contrôle de leur société politique. L'élite urbaine française choisit une alliance directe avec le prince, au sein de l'administration royale ; l'élite urbaine bretonne, comme dans la plupart des pays d'Europe de l'Ouest, préféra une alliance avec la noblesse dans une assemblée. Le roi, comme l'évolution du système politique de la ville de Nantes le montre, préféra une alliance avec ses officiers aux moments difficiles, mais fut beaucoup plus favorable au contrôle des autres élites — à Nantes, l'élite marchande — en temps normal. Aux États de Bretagne, bien que la noblesse moyenne ait vu dans des aristocrates, y compris le roi, les chefs-nés de son ordre, la tension fut permanente entre la gentry et les grands, ces frères ennemis. La noblesse bretonne développa ainsi un État qui ressemble beaucoup à celui de la Pologne : une utopie nobiliaire où les États gardèrent le vote de l'impôt et où les cours préservaient l'intégrité des coutumes locales. Dans ce paradis des nobles, les seigneurs tinrent la main sur leurs sujets et une milice nobiliaire garantit la paix des campagnes. La Bretagne présente un bon exemple du rôle joué par les institutions dites nobiliaires, telles que les États de Bretagne et le Parlement, dans la création d'une nation de citoyens. Les nobles insistaient toujours sur le droit des citoyens de participer au système politique. Leur définition du citoyen n'est pas la nôtre, ni celle des hommes de 1789, mais on ne peut nier l'importance de la survivance du principe même. En Bretagne, on n'avait jamais oublié ce principe ; le Tiers-État breton, en 1788-89, ne demanda pas un nouveau principe des droits du citoyen, mais un changement de la définition du mot citoyen, héritage imprévu et peut-être surprenant des conflits des élites bretonnes des XVIe et XVIIe siecles.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

Ancien Régime
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

James Collins, « Les conflits des élites locales dans la France moderne : le cas breton », Cahiers d'histoire [En ligne], 45-4 | 2000, mis en ligne le , consulté le 01 mai 2017. URL : http://ch.revues.org/398

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org