Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Urs ALTERMATT, Le catholicisme au défi de la modernité. L'histoire sociale des catholiques suisses aux XIXe et XXe siècles, Lausanne, Payot, 1994, 395 p.

Jean-Dominique Durand

Texte intégral

1Voici enfin traduit en français l'ouvrage fondamental d'Urs Altermatt, Professeur à l'Université de Fribourg, sur l'histoire du catholicisme suisse contemporain, publié à Zurich en 1989 sous le titre Katholizismus und Moderne. Cette synthèse est d'autant plus précieuse que l'historiographie en la matière reste éclatée et lacunaire.
Le catholicisme en Suisse est minoritaire et s'est longtemps replié sur lui-même, marginalisé à la fin du XIXe siècle par un rude Kulturkampf. On entretint l'image de catholiques " oisifs, sales et stupides ", opposés à la modernisation du pays, et même traîtres à la patrie parce que récusant l'État national-libéral fondé en 1848 et tournés vers Rome plus que vers Berne ou Zurich. Pourtant, souligne l'auteur, ce catholicisme sur la défensive, qui rêve d'une société intégralement chrétienne, eut un rôle social de premier plan, en amont comme en aval de Rerum novarum. Il se fit le défenseur des laissés-pour-compte de la modernisation économique et de la croissance. Il investit tout le champ de l'activisme social, ce dont témoigne bien une grande diversité d'engagement, d'une presse nombreuse jusqu'à l'école et à l'enseignement supérieur avec la fameuse Université de Fribourg. C'est ainsi qu'une " contre-société " catholique, forte d'une solide identité, a pu se forger, et conquérir grâce à la présence sociale et à l'action politique incarnée au XXe siècle par un parti démocrate-chrétien, une place forte dans le système suisse.
Après un siècle fait de combats, de tensions entre l'Église et l'État, mais aussi d'émancipation et d'intégration, le catholicisme suisse a perdu, à partir des années 1950, de son originalité — les migrations intérieures, les brassages sociaux, les médias, ont uniformisé la Suisse comme les pays voisins —, de sa cohésion, passant de " l'unanimité " à la fragmentation. Celle-ci est révélée par le conflit provoqué en 1988 avec la nomination par Jean-Paul II de Mgr. Wolfang Haas à la tête de l'important diocèse de Coire. Ce catholicisme, longtemps accusé par ses détracteurs protestants de n'être que le porte-parole de Rome, a si bien intégré les valeurs et la culture politique suisse, qu'il est atteint lui aussi aujourd'hui d'un vigoureux " complexe anti-romain ".
On mesure ainsi l'intérêt de l'étude très neuve d'Urs Altermatt. Mais celle-ci ne se limite pas à cette histoire de près de deux siècles de catholicisme. L'auteur scrute également les particularismes locaux, qu'il s'agisse des terres de catholicisme comme Lucerne ou celles où il est en minorité comme Zurich et Genève — le chapitre concernant Genève a été écrit spécifiquement pour la présente édition française —. Il offre enfin, à travers l'important chapitre " La vie catholique au quotidien ", une sociologie historique des plus précieuses, qui n'est pas sans emprunter parfois à l'ethnographie. La société catholique est analysée à travers ses rites, ses symboles, ses pratiques, ses fêtes, les formes de piété.
L'ouvrage s'achève par des tableaux, un dossier cartographique et une bibliographie exhaustive.
Voilà donc un livre d'importance, qui identifie un catholicisme minoritaire qui a longtemps fonctionné comme une contre-société. Il propose une histoire globale, jusqu'à nos jours, et montre la vitalité de l'histoire religieuse en Suisse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Dominique Durand, « Urs ALTERMATT, Le catholicisme au défi de la modernité. L'histoire sociale des catholiques suisses aux XIXe et XXe siècles, Lausanne, Payot, 1994, 395 p.  », Cahiers d'histoire [En ligne], 41-4 | 1996, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://ch.revues.org/371

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org