Navigation – Plan du site
Articles

Culte populaire et mémoire sélective : le " tombeau des Jansénistes " à Saint-Étienne.

Jean-Pierre Michel-Chantin

Résumés

Certaines dévotions échappent encore actuellement à toute structure religieuse officielle. Le " tombeau des jansénistes ", à Saint-Étienne (Loire), est depuis deux siècles l'objet d'un pèlerinage qui honore un oratorien local. Celui-ci, décédé en 1823, était membre d'un groupe port-royaliste et surtout convulsionnaire : pour ses membres, les miracles étaient les signes du nécessaire soutien de Dieu à des élus en attente d'une fin du monde imminente. Cet engagement est aujourd'hui oublié. Les pénitents ne recherchent qu'un intercesseur efficace auprès de Dieu; le flot des visites s'intensifie d'ailleurs à chaque période difficile, guerres ou crises économiques. Ne s'agirait-il pas dans ce cas, comme en d'autres généralement peu étudiés, d'une forme d'alternative spirituelle qui répondrait à une désaffection grandissante vis-à-vis de l'Église, sans manifestation d'une rupture nette ? Nous serions ainsi en présence d'une forme méconnue de dévotion en marge du catholicisme.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Histoire religieuse

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Michel-Chantin, « Culte populaire et mémoire sélective : le " tombeau des Jansénistes " à Saint-Étienne. », Cahiers d'histoire [En ligne], 41-4 | 1996, mis en ligne le , consulté le 23 avril 2017. URL : http://ch.revues.org/364

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org