Navigation – Plan du site

Avant-propos

Étienne Fouilloux

Texte intégral

1La présente livraison des Cahiers d'histoire est consacrée, pour l'essentiel, au fait chrétien en France et plus particulièrement dans la région Rhône-Alpes, aux époques moderne et contemporaine. Un tel choix n'a rien d'une innovation. Pour son trentième anniversaire en effet, la revue publiait, voici plus de dix ans, un petit fascicule intitulé : " L'histoire religieuse dans les Cahiers d'histoire ". Celui-ci n'énumérait pas moins de quatre numéros spéciaux et de cent articles consacrés au même thème . Une recension précise des auteurs et des sujets montrerait que la plupart des grands débats et des grands noms de la discipline figurent sur cette liste. Il suffit de relever ceux de Marcel Pacaut et d'André Latreille, qui y reviennent le plus souvent, pour souligner la place des universitaires lyonnais dans un tel effort, comme dans la vie des Cahiers d'histoire d'ailleurs.

2Or cette tradition locale, qui n'est certainement pas sans rapport avec le rôle des croyants (et de leurs adversaires !) dans la vie locale, trouve son prolongement, sans solution de continuité, jusqu'à nos jours. Chacun des départements d'histoire des Universités Lumière-Lyon 2 et Jean Moulin-Lyon 3 possède un centre de recherches spécialisé en la matière : le Centre André Latreille dans le premier cas ; l'Institut d'histoire du christianisme (dirigé par Jean-Dominique Durand) dans le second. Et ces deux centres sont liés d'une façon étroite et de diverses manières, depuis une dizaine d'années déjà. Par des liens institutionnels notamment : tous deux sont Équipes d'accueil du Diplôme d'études approfondies en histoire religieuse, dont ils partagent la responsabilité avec les Universités de Savoie à Chambéry et Jean Monnet à Saint-Étienne. Ce DEA particulier est un des rares de sa catégorie à posséder l'habilitation du ministère de l'Éducation Nationale et de la Recherche. Les deux centres sont en outre partie intégrante de l'Unité propre de l'enseignement supérieur A 5035, regroupement voulu par le Centre national de la recherche scientifique entre le foyer lyonnais d'histoire religieuse moderne et contemporaine et l'équipe réputée attachée à la grande œuvre de publication des " Sources chrétiennes " de l'Antiquité .

3Mais un tel rapprochement a été de travail, avant de devenir structurel. Le premier et le troisième mercredi de chaque mois durant l'année universitaire, un séminaire commun écoute, sur le thème choisi ou sur des publications récentes, soit un maître de la discipline, soit un jeune chercheur dont les premiers travaux viennent d'aboutir. Nous avons ainsi réfléchi, ces dernières années, sur biographie et histoire religieuse (1994-1995) et sur la place de Rome dans l'histoire religieuse (1995-1996) ; nous réfléchissons cette année sur la fonction des minorités religieuses. Mais le foyer d'études que nous constituons ne se contente pas de faire écho aux recherches qui lui paraissent les plus importantes sur son domaine : il en produit lui-même, individuellement et collectivement. Dans le second registre, on se contentera de mentionner ici deux instruments de travail indispensables à qui commence une étude sur la région en histoire religieuse, voire en histoire tout court : le Guide de recherche en histoire religieuse. Département du Rhône, sous la direction de Jean-Dominique Durand et de Claude Prudhomme ; le volume Lyon, le Lyonnais, le Beaujolais du Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, sous la direction de Xavier de Montclos . S'y ajoutera bientôt le quatrième et dernier tome des Matériaux pour l'histoire religieuse du peuple français, couvrant un grand quart sud-est du pays, que prépare Bernard Delpal, professeur à l'Université Jean Monnet de Saint-Étienne.

4Ces publications collectives puisent abondamment dans le réservoir des travaux de nombreux étudiants de maîtrise, de DEA ou de doctorat dirigés par des universitaires lyonnais. Le bulletin de nos centres, Chrétiens et sociétés, XVIe-XXe siècles, s'efforce de donner une certaine publicité à ces travaux dont la multiplication risque d'accroître l'anonymat : liste annuelle des mémoires et thèses d'histoire religieuse soutenus dans notre aire géographique ; publication d'interventions remarquées au séminaire, voire d'extraits de recherches inédites . Mais nous sommes heureux que les Cahiers d'histoire aient accepté de procurer à plusieurs de celles-ci une audience élargie. L'échantillon présenté ici n'a rien de rigoureux, car il est largement tributaire du degré d'avancement et de la qualité des travaux en cours. Mais est-ce forcer la note que d'y retrouver malgré tout certains des traits de l'histoire religieuse que nous souhaitons promouvoir ? Une histoire problème tout d'abord, qui s'intéresse autant aux limites de la Réforme catholique (Frédéric Meyer) qu'aux ambiguïtés de la religion populaire (Jean-Pierre Michel-Chantin) : deux questions qui continuent d'agiter ethnologues, sociologues... et historiens. Une histoire pleinement religieuse ensuite, qui ne craint pas de s'engager résolument dans les méandres d'une spiritualité agissante (Gersende Le Jariel ou Natalie Malabre) ; mais une histoire religieuse dépourvue de toute velléité séparatiste, qui se veut insérée dans son contexte économique, social ou politique sans pour autant s'y réduire. Enfin une histoire religieuse qui part du local, mais pour mieux atteindre le national au travers d'exemples particulièrement parlants (Laurent Sauzay).

5Dans le détail même des titres et des développements, on ne peut s'empêcher de noter quelques clins d'yeux à la conjoncture historiographique. Est-ce un hasard si les questions du militantisme chrétien ou du rapport de l'Église catholique aux médias sont posées par le biais d'individualités ? Le retour à la biographie exemplaire se manifeste aussi en histoire religieuse... Est-ce un hasard, de plus, si à côté de l'homme d'œuvre de facture classique que fut Paul Duquaire, se profile la silhouette fragile mais décidée d'Yvonne Girard... morte de la tuberculose la même année que lui ? Si les femmes sont un peu plus de la moitié de l'humanité, elles sont bien plus de la moitié du catholicisme... quant à l'étude pionnière sur le cardinal Decourtray en proie aux médias, elle prouve la pertinence d'une histoire religieuse immédiate, ou du temps présent, qui ne demande qu'à se développer si l'accès aux sources lui est facilité.

6L'échantillon qu'on va lire ne se veut ni un palmarès ni un florilège, mais seulement une illustration des travaux en cours dans un secteur, l'histoire des phénomènes religieux, où le foyer rhônalpin occupe une place de choix sur l'échiquier national.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « Avant-propos », Cahiers d'histoire [En ligne], 41-4 | 1996, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://ch.revues.org/362

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org