Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bernadette LIZET, Champ de blé, champ de course. Nouveaux usages du cheval de trait en Europe, Bibliothèque équestre, Paris, éditions Jean-Michel Place, 1996, 320 p.

Jean-Luc Mayaud

Texte intégral

  • 1  Bernadette LIZET, Le cheval dans la vie quotidienne. Techniques et représentations du cheval de tr (...)
  • 2  Bernadette LIZET, La bête noire. Á la recherche du cheval parfait, Paris, Editions de la Maison de (...)

1Après avoir travaillé sur les " techniques et représentations du cheval de travail dans l'Europe industrielle " 1 et après avoir consacré d'admirables pages au " cheval parfait " 2, Bernadette Lizet poursuit ses recherches sur le cheval de trait et ses nouveaux usages dans l'Europe actuelle. Elle présente dans son dernier ouvrage une chronique ethnographique des concours qui, à travers toute l'Europe, de la France à la Pologne en passant par la Belgique ou l'Angleterre, mettent en valeur les chevaux de traits et présentent leurs compétences. Pour chacun d'eux sont minutieusement présentés l'éventail des races engagées et une analyse de leurs qualités respectives. De nombreux détails sont fournis sur les attelages et les travaux accomplis. Est également, au fil du récit de chacune de ces rencontres, dressée une sociologie des éleveurs et meneurs. On voit ainsi comment le cheval de trait est aujourd'hui l'objet d'une réappropriation par de nouveaux utilisateurs : alors qu'il n'était plus qu'une bête à viande dans les années 1970, il est aujourd'hui apprécié pour ses qualités d'animal de sport et de loisir et devient même un animal de compagnie, réponse inattendue à la question des excédents agricoles. Il est un acteur sportif dans un conservatoire de pratiques traditionnelles : l'ouvrage s'ouvre d'ailleurs sur le récit de la route des poissons, renaissance pittoresque, sous forme d'un concours hippique, des échanges commerciaux entre les côtes du nord de la France et la capitale qu'il fallait régulièrement approvisionner en chairs maigres. Bel exemple du trait d'union que le cheval peut aujourd'hui constituer entre les loisirs dépaysants réclamés par la vie actuelle et le travail ancestral des populations rurales. Au delà des règles des concours sportifs et des compétitions-spectacles, c'est toute une ethnohistoire du cheval qui apparaît dans ces pages.

2Pourtant la sociologie des meneurs et des éleveurs ne correspond pas forcément à celle de citadins en mal de retour aux sources. Il existe certes des industriels amateurs de luxueux équipages " clef en main ". Certains éleveurs ont par ailleurs fait beaucoup de sacrifices pour être présents dans ces concours : particulièrement intéressant est le cas de ce couple qui a quitté la Creuse pour trouver du travail à Paris mais qui a acheté des friches pour les poulinages, lesquels occupent tous leurs jours de congés. Mais sont également présents dans ces concours des héritiers de famille où le travail avec le cheval est une tradition, tel ce descendant d'une dynastie de transporteurs défilant avec la carriole familiale repeinte à neuf. Les chevaux de trait suscitent de toute façon une passion aussi intense que celle observée dans le monde mieux connu des chevaux de selle. Et ils permettent le développement du tourisme de roulotte à l'heure de l'essor des vacances en milieu rural hors des sentiers battus. Toutefois, en Pologne notamment, le cheval de trait joue encore un rôle économique qu'il a perdu à l'Ouest du continent : il est alors une aide précieuse, plus fiable qu'un tracteur tombant en panne, pour les familles vivant difficilement de polyculture sur une petite exploitation.

3Il n'en reste pas moins que le cheval de trait est aujourd'hui érigé en patrimoine digne d'être préservé, suscitant ainsi concours et manifestations qui sont autant d'occasions de brassages culturels et d'établissement de réseaux internationaux. Voilà donc un ouvrage qui, au delà de pages minutieusement descriptives, offrent une approche sociale d'une histoire contemporaine du cheval : il révèle qu'à côté de l'intérêt traditionnel pour la rapidité et l'agilité des chevaux de course, une attention nouvelle est portée à la force développée par des animaux qui jusqu'alors ne jouissaient pas d'une bonne image de marque. Victimes autrefois de l'esclavage chevalin, ils bénéficient aujourd'hui de l'invention de nouvelles relations entre l'homme et le cheval. En passant ainsi à la une de l'actualité sportive et culturelle, le cheval de trait va-t-il définitivement quitter l'obscurité des abattoirs ? À moins que la " crise de la vache folle " ne vienne une fois encore dévier sa route.

Haut de page

Notes

1  Bernadette LIZET, Le cheval dans la vie quotidienne. Techniques et représentations du cheval de travail dans l'Europe industrielle, Paris, Berger-Levrault, 1982, 215 p.

2  Bernadette LIZET, La bête noire. Á la recherche du cheval parfait, Paris, Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1989, 341 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Mayaud, « Bernadette LIZET, Champ de blé, champ de course. Nouveaux usages du cheval de trait en Europe, Bibliothèque équestre, Paris, éditions Jean-Michel Place, 1996, 320 p.  », Cahiers d'histoire [En ligne], 42-3/4 | 1997, mis en ligne le 13 mai 2009, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://ch.revues.org/333

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org