Navigation – Plan du site
Articles

L'abolitionnisme de Victor Schoelcher, un humanisme mâtiné de colonialisme et de moralisme

Anne Girollet

Résumés

Par ce titre un peu provocateur, loin de nous l'idée de faire de l'anti-schoelcherisme. Notre propos n'est pas de diminuer l'œuvre considérable de Victor Schoelcher, mais de lutter contre les préjugés unanimes qui ont fait de cet homme un mythe. En étudiant les conséquences juridiques et politiques de ses propositions et de ses combats, nous avons pu mettre en exergue non seulement l'étendue et la complexité de son œuvre républicaine — qui était jusqu'à présent mal connue alors que Schoelcher doit être considéré comme un véritable fondateur de la République —, mais encore ses contradictions. Schoelcher était tellement convaincu des vertus des valeurs républicaines de la métropole, que son combat, certes humaniste et égalitaire, restait mâtiné de colonialisme, de paternalisme et de moralisme, ce qui l'amena à prendre des directions assez surprenantes notamment dans ses prises de position contre l'esclavage et dans l'organisation du statut des colonies. Schoelcher revendiquait l'égalité des droits, cependant, il était assimilationniste sans être universaliste.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Esclavage, Schoelcher

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Girollet, « L'abolitionnisme de Victor Schoelcher, un humanisme mâtiné de colonialisme et de moralisme », Cahiers d'histoire [En ligne], 44-3 | 1999, mis en ligne le , consulté le 24 avril 2017. URL : http://ch.revues.org/269

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org