Navigation – Plan du site
Chronique

Archéologie et histoire dans le monde méditerranéen et les pays rhodaniens au Moyen-Age. CIHAM/UMR 5648 du CNRS

Pierre Guichard

Texte intégral

1La recherche et les enseignements de 3e cycle en histoire, histoire de l'art et archéologie médiévales à l'Université Lumière-Lyon 2 ont pour cadre un ensemble constitué par l'UMR 5648 ? Archéologie et histoire dans le monde méditerranéen et les pays rhodaniens au Moyen Âge ? et par les activités d'enseignement et de formation des doctorants regroupées sous le nom de CIHAM ? Centre interuniversitaire d'histoire et d'archéologie médiévales ?.

2L'Unité mixte de recherche 5648, dont le directeur est Pierre Guichard, a été constituée en janvier 1994 sur la base d'un accord entre le CNRS et l'Université Lumière-Lyon 2. Son adresse est au 18, quai Claude Bernard, et elle possède des locaux situés en trois lieux différents : le troisième étage de l'aile Chevreul du 18, quai Claude Bernard — où se trouve le secrétariat —, le sous-sol du même bâtiment, et le rez-de-chaussée de la Maison de l'Orient.

3L'UMR rassemble plusieurs anciennes équipes CNRS déjà implantées à Lyon ou qui entretenaient dès avant sa formation, des rapports avec Lyon : deux équipes CNRS lyonnaises, celle de J.-F. Reynaud axée sur l'archéologie monumentale et religieuse, et l'URA 1000 de J.-M. Pesez qui travaillait principalement, en archéologie également, surtout dans la région Rhône-Alpes et en Italie ; une équipe rattachée à la Casa de Velázquez de Madrid, centrée sur l'archéologie de l'Islam occidental, l'URA 1225 ; une partie de l'URA 1011, qui était, elle, rattachée à l'École française de Rome, et rassemblait des historiens ; se sont adjoints à ces équipes les agents CNRS du CATAB, qui dépendaient de l'Université Jean Moulin-Lyon 3 et travaillaient sur la Bible, les manuscrits juifs médiévaux et l'histoire des Juifs au Moyen Âge dans le cadre régional, et le directeur de cette formation, Joseph Shatzmiller, actuellement professeur à Lyon 3 et à l'Université de Duke aux États Unis. L'ensemble représente maintenant plus de soixante membres — 29 enseignants du supérieur, 8 chercheurs CNRS, 14  chercheurs se situant dans un autre cadre, 6 ITA et 6 membres associés—. Compte tenu de l'attraction que l'UMR pouvait exercer sur des chercheurs étrangers, il nous a paru plus prudent de n'en admettre à faire partie de l'UMR que s'ils étaient très étroitement associés à nos activités.

4À cela viennent s'ajouter une trentaine de doctorants associés, inscrits avec les enseignants habilités, et qui ont expressément demandé à faire partie de l'UMR. La formation unit en effet fortement les études doctorales et les activités de recherche. Depuis le début de 1995, un DEA d'Histoire et d'archéologie médiévales (mondes chrétiens et islamiques) a été créé, sous double sceau de l'Université Lyon 2 et de l'École des Hautes études en sciences sociales — son directeur, Jacques Chiffoleau, nommé à l'Université d'Avignon, est remplacé par Denis Menjot, qui vient d'être nommé à Lyon—. Les enseignants habilités, enseignants universitaires, directeurs de recherches au CNRS et directeurs d'études à l'ÉHESS, appartiennent pour la plupart à l'UMR — s'y ajoutent les médiévistes de Lyon 3 et ceux des universités de Savoie et d'Avignon —. Ce sont ces activités d'enseignement — séminaires — et le soutien aux doctorants qui sont regroupées sous l'appellation CIHAM, et font l'objet d'une gestion et d'une part de financement propres.

5Comme l'indique son titre, l'unité de ce centre, dont la spécificité est évidemment médiéviste, se fait sur la base d'une recherche commune en histoire, histoire de l'art et archéologie médiévales. L'association de ces disciplines, et le souci comparatiste à l'intérieur de la période médiévale — le sous-titre du DEA traduit suffisamment cette préoccupation — permettent d'articuler fortement nos programmes de recherche. Ceux-ci se développent dans le cadre de cinq " thèmes " qui regroupent chacun un certain nombre d'opérations concrètes, parfois individuelles, le plus souvent collectives. Ces thèmes ne correspondent pas à des " équipes ", mais à de grandes orientations, qui nous servent à structurer nos activités, et se retrouvent dans les chapitres des rapports que nous remettons au CNRS et à l'Université. On donnera rapidement, sous les intitulés de chacun d'eux, les principales opérations en cours.

Thème 1 : archéologie et histoire du peuplement

6L'objectif est d'éclairer l'histoire sociale par l'étude des modes d'organisation du peuplement. Dans cette perspective, on s'appuie d'abord sur l'association étroite du travail sur les textes et de la recherche archéologique, ensuite sur la pratique — non exclusive bien sûr — de l'archéologie extensive.

7Les travaux les plus nombreux se placent sous l'intitulé " Occupation du sol et peuplement : habitats ruraux et castraux ". Ils étaient déjà très développés dans les deux anciennes URA 1000 (lyonnaise) et 1225 (madrilène), et ont donné lieu à de nombreuses publications : de Jean-Marie Pesez et de son équipe sur les sites siciliens de Brucato et de Calathamet, sur les châteaux hispano-musulmans d'André Bazzana, Patrice Cressier, Pierre Guichard, Philippe Senac, et sur les châteaux rhônalpins (Françoise Piponnier, Jean-Michel Poisson). En Syrie, des recherches sur les fortifications médiévales avaient été menées par Nikita Elisseeff, dont le point d'application principal avait été le château de Rahba sur l'Euphrate. Thierry Bianquis, à Lyon, a ensuite continué à diriger les travaux sur la ville de Mayadin — étroitement associée à ce site — qui avaient été engagés en Syrie lorsqu'il était directeur de l'IFEAD. On envisage de reprendre un programme castellologique en Syrie.

8Les principaux terrains de recherche actuels sont l'Italie centrale (Étienne Hubert, Laurent Feller), la Sardaigne (Jean-Michel Poisson), l'Italie méridionale, Pouille et Calabre (Ghislaine Noye), la Sicile (Jean-Marie Pesez, Elisabeth Lesnes), l'Aragon (Philippe Senac), l'Andalousie orientale (Patrice Cressier, Marie-Christine Delaigue, Maryelle Bertrand), le Maroc (Patrice Cressier).

9On peut rattacher à ce premier axe de recherche les travaux d'Elisabeth Sirot sur le château et l'habitat dans l'ancien diocèse de Genève et de nombreux travaux de maîtrise et de doctorat sur les châteaux de la région Rhône-Alpes. Ces derniers se relient aux recherches sur les comptes de châtellenie évoquées dans le thème 5. D'orientation un peu différente, des travaux sur les parcellaires médiévaux dans la transition de l'Antiquité au Moyen Âge ont été menés en Valentinois dans le cadre des opérations archéologiques préalables à la construction de la ligne du TGV Méditerranée (Thierry Odiot). Cette dimension d'études sur le très haut Moyen Âge régional, qui n'est pas très représentée actuellement dans l'UMR, pourrait être stimulée par le tout récent détachement auprès de la formation d'Elisabeth Boucharlat, sur un programme de travail concernant le matériel recueilli en fouille de sauvetage sur les sites haut-médiévaux de la région.

10Un certain nombre de travaux inclus dans ce thème portent sur Villes et réseaux urbains : Morphologie et modèles. En dehors des recherches d'Étienne Hubert sur Rome, ils ont porté principalement sur des villes de tradition " orientale ", byzantine et musulmane : Palerme (études de structures urbaines et de céramologie menées par Elisabeth Lesnes et Jean-Marie Pesez), Tolède (travaux très précis sur le parcellaire urbain de tradition musulmane menés par Jean Passini), Saltés, ville abandonnée d'époque musulmane, située sur la côte de la province de Huelva, dans le sud de l'Espagne, où des fouilles sont menées depuis plusieurs années par André Bazzana avec le concours d'archéologues belgo-luxembourgeois intégrés à l'UMR (John De Meulemeester). Une enquête textuelle sur les rapports villes-campagnes au Maroc est menée par Mohamed Meouak, professeur associé à l'Université de Madrid. La thèse de Christine Mazzoli-Guintard sur la ville dans l'Espagne musulmane vient d'être publiée (Presses Universitaires de Nantes).

Thème 2 : pouvoirs, ville et société

11Un groupe de chercheurs travaillant surtout sur l'Italie médiévale (Jean-Claude Maire-Vigueur, François Menant, Jean-Louis Gaulin, Étienne Hubert, Olivier Guyotjeannin, Odile Redon), bénéficiant de l'appui de l'École française de Rome et de celui de l'Université de Florence (où enseigne J.-Cl. Maire-Vigueur), travaille sur les rapports de pouvoir dans les villes ou plus largement sur les sociétés urbaines entre le XIIe et le XVe siècle. Il s'efforce de confronter ses résultats à ceux des chercheurs qui travaillent, dans la formation, sur des sujets proches (Jacques Rossiaud pour l'axe Saône-Rhône, Christian Guillere pour la Catalogne, Jacques Chiffoleau pour la Provence).

12Une importante enquête animée par Jean-Claude Maire-Vigueur sur la Circulation du personnel politique (juges et podestats) dans l'Italie communale, qui renouvelle profondément l'histoire politique de la Péninsule en contribuant à la faire sortir de ses traditionnelles tendances " campanilistes ", est en train de s'achever. Étienne Hubert mène une recherche sur l'habitat urbain du XIIe au XVe siècle, notamment à Rome; par ses aspects archéologiques, ce travail présente des points de contact avec celui que Jean Passini mène à Tolède.

13Deux nouvelles enquêtes ont été lancées : l'une sur L'endettement, l'exclusion et les rapports villes/campagnes aux XIIIe-XIVe siècles. Elle est menée par Jean-Louis Gaulin et François Menant, d'abord sur les registres de bannis pour dettes de Bologne, avec l'aide de l'Université et des chercheurs de cette ville et celle de l'École française de Rome. Elle se développe actuellement dans un sens plus international avec la participation de chercheurs français et espagnols, qui ont commencé à travailler sur le crédit dans l'Occident médiéval. Sous la responsabilité de Jacques Chiffoleau, d'autre part, et avec les moyens de l'Institut universitaire de France, a commencé une analyse comparée des transformations de la procédure extraordinaire à la fin du Moyen Âge. Ce programme inclut l'édition des actes de plusieurs grands procès criminels (dont celui de Gilles de Rais) ; il permet d'aborder quelques questions majeures pour l'histoire de la justice dans les derniers siècles du Moyen Âge : liens de la procédure inquisitoriale et de l'écrit, rapports entre la logique procédurale, l'aveu et la vérité, interpénétration du droit canonique et du droit civil, etc... À ce programme s'associe la publication prévue par J. Shatzmiller et F. Chartrain, du procès de l'archevêque d'Aix-en-Provence, Robert de Mauvoisin, en 1318.

Thème 3 : culture matérielle, technologie et aménagement de l'espace

14Les travaux qui se regroupent sous ce thème recoupent évidemment les autres actions archéologiques, dont la plupart procurent du matériel céramique et apportent des données a l'histoire de la construction. L'un des aspects méthodologiques principaux de ce thème est le recours à la démarche ethno-archéologique, destinée à fournir des comparaisons et éventuellement des explications aux faits observés en fouille.

15Les recherches céramologiques ont porté principalement sur le mobilier du site castral d'Essertines, dans la Loire (Danièle Alexandre-Bidon et Bruna Maccari-Poisson). Les productions éclairent la vie domestique de ce site perché du Forez, et spécialement la pratique alimentaire, ce qui a conduit à chercher des références dans les livres de cuisine médiévaux. Dans le domaine méditerranéen, les travaux engagés dans le cadre des anciennes URA se poursuivent surtout au Maroc, en Espagne, en Calabre, en Sicile et en Syrie. François Amigues prépare la publication des fouilles de l'atelier valencien de Paterna dont les exportations dans tout le domaine méditerranéen sont considérables à la fin du Moyen Âge.

16Dans le domaine de la construction, Jean-Marie Pesez a animé avec Yves Esquieu, de l'Université de Provence, un groupe de travail sur la maison médiévale. Le manuscrit qui a été préparé est prêt pour édition. La construction en terre a été étudiée dans le cadre d'un séminaire (André Bazzana, Jean-Michel Poisson). D'importants travaux sur la construction monumentale se sont développés autour de Jean-François Reynaud, parallèlement à la thèse de Nicolas Reveyron, soutenue en 1992, qui portait sur la cathédrale de Lyon. Un ouvrage collectif sur l'échafaudage médiéval, préparé par une équipe lyonnaise et aixoise et coordonné par Joëlle Tardieu et Nicolas Reveyron vient de paraître. En liaison avec ces programmes, des recherches iconographiques sur ce domaine de la construction ont aussi été menées par Danièle Alexandre.

17Un aspect intéressant d'une partie au moins de ces recherches est le concours que leur a apporté un archéo-géologue, Norbert Trauth, membre de l'UMR, qui a étudié l'approvisionnement en pierre des chantiers de construction. Cette participation s'est orientée depuis peu, de façon tout à fait originale, vers une étude des mines, des techniques de transformation des minerais et des scories recueillies en abondance sur le site de Saltés, fouillé, on l'a dit, par André Bazzana. Ce travail ouvre des perspectives d'un grand intérêt pour l'histoire des technologies médiévales.

18Un axe de recherche plus classique, proche de celui qui vient d'être évoqué, bien représenté depuis longtemps dans la formation (travaux de Georgette Cornu sur les textiles orientaux) concerne l'histoire et l'archéologie des textiles. Françoise Piponnier a coordonné en 1994 une table-ronde sur les tentures dans le monde occidental et arabo-islamique dont les actes sont sous presse. Une direction particulièrement prometteuse est celle que suit Dominique Cardon, qui travaille sur les teintures et colorants naturels. Elle a participé à l'organisation, en 1995 à Toulouse, d'un congrès international sur ce sujet, qui a donné lieu à des actes dont la publication est prévue pour la fin de l'année 1996 ; elle collabore avec plusieurs laboratoires de chimie et participe à la création d'un musée d'histoire de la chimie à Saint-Fons. Sur le thème " Teintures précieuses de la Méditerranée ", elle prépare pour 1998 une exposition qui doit être présentée à Carcassonne et à Aubusson, et où seront présentées pour la première fois en France de très importants tissus syriens découverts lors des fouilles de Palmyre.

19Les techniques agricoles et l'aménagement de l'espace font l'objet de thèses dirigées par Jean-Marie Pesez. Un enquête archéologique sur la région de Murcie, à laquelle contribue John de Meulemeester, porte sur l'organisation des irrigations à l'époque médiévale dans la vallée du Segura. Dans cette région a été récemment découvert un curieux et très problématique grenier fortifié, semble-t-il d'époque almohade. D'une façon plus générale, diverses enquêtes sur l'hydraulique agraire ont été poursuivies en Espagne et au Maroc par les archéologues qui travaillent aussi sur le peuplement.

Thème 4 : orient-occident

20Ce thème portait initialement en sous -titre : " Confrontations, contacts, échanges ". Il regroupe en effet, à côté de travaux d'historiens " orientalistes ", des recherches insistant davantage sur la dimension comparatiste de l'UMR, ainsi que des travaux portant sur le judaïsme médiéval en Occident.

21La dimension " orientaliste " de l'UMR ne passe pas seulement par ce thème, puisque de nombreuses recherches, archéologiques principalement, celles d'André Bazzana, Patrice Cressier, Jean Passini, Philippe Senac, concernent en priorité d'autres thèmes. L'UMR occupe cependant des locaux à la Maison de l'Orient, qui sont le lieu privilégié de cette dimension orientaliste, dont la Bibliothèque arabo-byzantine, maintenant intégrée à la nouvelle bibliothèque de la Maison de l'Orient, est un élément fondamental. L'UMR participe à l'accroissement de ses fonds et ses chercheurs sont concernés au premier chef par les acquisitions d'ouvrages concernant Byzance et l'Islam au Moyen Âge. Les chercheurs intéressés par cette orientation entretiennent des rapports suivis avec ceux de la Fédération d'unités de la Maison de l'Orient. L'ensemble s'articule avec la Fédération d'unités de la Maison de l'Orient sous le titre " Espaces chrétiens et musulmans en Méditerranée médiévale ".

22Plusieurs historiens de l'UMR sont en effet concernés en priorité par les mondes byzantin (Christophe Giros, Ghislaine Noye) et musulman (Thierry Bianquis, Pierre Guichard, Vincent Lagardère). La dimension d'étude des sources (publication par Vincent Lagardère d'un important catalogue d'analyses de consultations juridiques musulmanes médiévales, missions de Thierry Bianquis à Damas et au Caire pour la mise au point de publications et de traductions de manuscrits arabes) est évidemment complétée par des publications d'ouvrages et d'articles individuels. On signalera seulement le maintien d'une tradition de recherche, ancienne à Lyon, sur la Syrie médiévale donnant lieu à diverses directions de travaux (thèse sur la principauté de Damas de 1075 à 1153). Plusieurs contributions à l' Encyclopédie de l'Islam (Thierry Bianquis principalement) seraient aussi à prendre en compte.

23D'autres travaux n'ayant pas donné lieu jusqu'ici à des publications collectives rejoignent des préoccupations actuelles de l'historiographie sur le monde musulman : recherche sur la vie rurale et l'irrigation, problématique des avancées et reculs du front de sédentarité ou de tribalisation par exemple, question qui rejoint le thème " marges arides " étudié dans le cadre de la Fédération d'unités de la Maison de l'Orient).

24Des aspects comparatistes ont été traités principalement dans le cadre du séminaire organisé par Thierry Bianquis (avec l'aide de Pierre Guichard) sur " Pouvoirs régaliens et genèse des États en Méditerranée traditionnelle ", mais aussi, dans le cadre d'autres thèmes : journée sur les tentures, table-ronde organisée par Jacques Chiffoleau sur Procédure et vérité, où était envisagée, du point de vue du droit, à côté des traditions européennes " continentale " et anglo-saxonne, la tradition islamique. Ils se retrouvent sur le point particulier des études menées par Valérie Gonzalez sur l'émaillerie à travers tout l'espace méditerranéen médiéval, ou dans la recherche engagée par Dominique Cardon sur les textiles.

25Un programme, situé dans le cadre du thème 4, en est encore dans une phase exploratoire. Il s'agit d'étudier les " grandes enceintes " du haut Moyen Âge dans diverses régions méditerranéennes ayant connu une période byzantine ou musulmane qui vont de la Grèce à l'Espagne, en passant par l'Italie méridionale.

26Les rapports des intellectuels juifs en Occident avec leurs homologues chrétiens aux XIIe et XIVe siècles continuent d'être au centre des préoccupations des membres du CATAB qui ont intégré l'UMR (ouvrage de J. Shatzmiller sur La deuxième controverse de Paris. Un chapitre dans la polémique entre chrétiens et juifs au Moyen Âge, 1994).

Thème 5 : histoire et archéologie du royaume d'Arles et de Vienne

27L'histoire et l'archéologie de l'ancien " Royaume d'Arles et de Vienne ", qui fournit le titre d'un séminaire, offre des opportunités particulièrement intéressantes, qu'une formation lyonnaise se trouve particulièrement bien placée pour développer : marginalisée par une historiographie française centralisatrice, cette construction politique avortée offre un horizon de recherches largement ouvert, qui poussent les chercheurs intéressés à établir les liens nécessaires non seulement avec les travaux menés sur cet espace dans des universités proches (Chambéry), mais ausi avec des chercheurs suisses et italiens (Lausanne et Turin), donc vers d'intéressantes perspectives à la fois dans le cadre de la région Rhône-Alpes et dans le cadre européen.

28C'est peut-être dans le cadre de ce thème qu'a commencé le plus visiblement à se concrétiser la perspective pluridisciplinaire que nous nous proposions de réaliser en constituant l'UMR: Les enquêtes portant sur l'histoire et l'historiographie du Royaume, la recherche sur les fortifications, l'archéologie du bâti des édifices religieux, tendent à rapprocher les chercheurs autour de sources écrites et d'édifices dont naissent des problématiques communes. On fera ressortir l'intérêt que présentent les comptes de châtellenie savoyards, source particulièrement riche, utilisable pour des enquêtes intéressant plusieurs thèmes : castellologie, problèmes de construction, fiscalité, histoire des communautés juives, étude de l'endettement, etc. Jean-Louis Gaulin, Christian Guilleré, Jean-Michel Poisson, Frédéric Chartrain ont particuli&egraveraveent travaillé dans cette direction, qui donne lieu à plusieurs travaux d'étudiants à partir de la maîtrise.

29L'une des orientations concerne, les Châteaux, pouvoirs et peuplement et les techniques de la construction castrale, rassemblant des chercheurs déjà cités pour le thème 1. On soulignera, dans la perspective " européenne " évoquée plus haut, l'intérêt de la recherche engagée depuis quatre ans sur le site castral d'Albon, noyau primitif de la principauté territoriale, située en Empire, qui prend à partir du XIIIe siècle le nom de Dauphiné. Un programme européen, auquel sont associés Belgo-Luxembourgeois, Irlandais et Polonais, et un chantier également européen, on commencé à faire de cette opération, dirigée par Jean-Michel Poisson, l'une des plus prometteuses de celles actuellement engagées par l'UMR. Un important dossier de textes s'étendant chronologiquement à tout le Moyen Âge a été rassemblé par Frédéric Chartrain. Textes et données — déjà très riches — fournies par la prospection et la fouille devraient permettre de rajeunir la problématique de ce site, sur lequel de multiples érudits se sont déjà penchés.

30Un autre axe de recherche, placé sous la direction de Jean-François Reynaud, sous le titre " Archéologie du bâti : lieux de culte et peuplement en milieu rural ", consiste en une vaste enquête sur les abbayes et prieurés de la région Rhône-Alpes. Les édifices inventoriés font l'objet de fiches qui doivent permettre des synthèses formant la matière d'un ouvrage collectif. Parallèlement les investigations de Nicolas Reveyron ont porté sur les édifices romans du Rhône Moyen dans une perspective liant architecture et affirmation du pouvoir. D'autres recherches portent sur les églises du premier art roman en Maurienne et Tarentaise et sur l'abbatiale de Cluny III.

31Parallèlement, la tradition d'histoire religieuse bien enracinée à l'Université Lyon 2 s'est prolongée dans une série de travaux de Jacques Chiffoleau sur l'économie de l'institution ecclésiale, de Jacques Berlioz sur la prédication mendiante, de Denyse Riche sur Cluny, de Michel Rubellin sur le diocèse de Lyon et la réforme grégorienne. Une expression récente de cette orientation a été l'organisation par Marcel Pacaut et Jacques Chiffoleau d'une table-ronde sur le premier concile de Lyon de 1245, et l'association étroite de cette réunion universitaire avec les manifestations organisées à l'occasion du 750e anniversaire de cet événement. Dans le même chapitre, on signalera la publication d'un ouvrage collectif, historico-archéologique, sur le culte de Saint-Rambert, caractérisé par sa diffusion régionale à partir de l'époque mérovingienne. On y trouvera en particulier les résultats des analyses du contenu des châsses conservées à Saint-Rambert-en-Bugey et à Saint-Rambert-sur-Loire et le bilan des fouilles de la petite église dédiée à Saint-Jean-Baptiste au Nord de cette dernière église prieurale.

32Le centre lyonnais est, on le voit, le support d'activités importantes, aussi bien au plan régional qu'au niveau international. Dans ce domaine, les rapports entretenus avec les chercheurs de divers pays des rives sud et nord de la Méditerranée, mais aussi de Suisse, de Belgique et du Luxembourg, et avec les trois grandes écoles ou instituts français à l'étranger de Rome, Madrid et Damas, sont particulièrement importants. Régionalement, il sert de pôle de regroupement aux médiévistes de plusieurs universités de la vallée du Rhône et de la région alpine (Chambéry, Avignon). Ce regroupement se fait de façon souple et des tables-rondes et séminaires ont lieu dans ces centres (par exemple sur les comptes de chatellenie à Chambéry). En Avignon, on envisage une enquête sur les lieux de pouvoir au bas Moyen Âge évidemment articulée avec l'étude archéologique du Palais des Papes.

33Cette double dimension, régionale et largement internationale s'exprime, de façon particulièrement significative, dans les deux publications annuelles qui se font en totalité ou en grande partie dans le cadre de l'UMR: les Pages d'Archéologie en Rhône-Alpes (Jean-Michel Poisson), qui servent de lieu de regroupement à de nombreux chercheurs dont beaucoup ne sont pas universitaires, et la revue Archéologie islamique (André Bazzana et Philippe Senac en collaboration avec Monique Kervran). On soulignera que cette dernière publication comble très opportunément, en langue française, un vide de l'édition internationale. Aux yeux du directeur de l'UMR, elle concrétise une dimension euro-arabe des recherches de l'UMR, et un potentiel de développement dans ce sens, auxquels il est particulièrement attaché.

34Le développement de ce centre médiéviste lyonnais relève d'une longue histoire, ou entrent, à titre divers, des facteurs qu'il serait trop long de rappeler en détail. Les principaux me paraissent être une tradition d'histoire religieuse médiévale incarnée longtemps par Marcel Pacaut, une importante tradition d'études orientalistes, dans sa double composante islamologue (actuellement Thierry Bianquis) et byzantiniste (recréation récente d'un poste d'histoire byzantine occupé par Christophe Giros), le développement avec Jean-François Reynaud, d'une forte archéologie monumentale lyonnaise et régionale (en liaison avec R. Colardelle à Grenoble), l'articulation, remontant à la création du CIHAM en 1977, d'une antenne de l'ÉHESS avec les travaux d'une partie des médiévistes lyonnais, et l'instauration à partir de cette époque, d'une association étroite entre l'Université Lyon 2 et l'ÉHESS ; une composante " judaïsante " plus récente à Lyon 2, puisque ses représentants (Joseph Shatzmiller et son équipe) se situaient initialement dans le cadre de l'Université Lyon 3, est finalement venue s'adjoindre à cet ensemble.

35Il faut rendre hommage à l'action des directeurs successifs du CIHAM : N. Elisseeff, M.-T. Lorcin, J.-M. Pesez. C'est dans ce cadre que le rassemblement des médiévistes lyonnais a commencé à s'opérer. J. Chiffoleau ayant accédé à la direction de ce centre, profitant de la relative disponibilité et des moyens que lui donnait son statut IUF, a affirmé son ambition de regrouper plus fortement qu'elles ne l'étaient auparavant ses diverses composantes, d'associer étroitement historiens et archéologues, et de promouvoir la réalisation d'un grand ensemble médiéviste, regroupant autour d'un axe universitaire lyonnais une sorte de nébuleuse de travaux qui se faisaient à Rome et à Madrid, mais déjà en liaison avec Lyon. Faut-il ajouter que sans la réputation de ces travaux, l'entreprise aurait été impossible ?

36La formation de l'UMR 5648, voulue par le CNRS et par l'Université, a concrétisé cette ambition. Sous la forme UMR/CIHAM que j'ai essayé de décrire, le centre médiéviste implanté à l'Université Lyon 2 est le seul de son genre en France. Aux yeux de son directeur et de ses membres, il mérite de se maintenir et de se développer, dans ses dimensions aussi bien régionale qu'internationale. Ce maintien et ce développement ne dépendent pas que d'eux, mais aussi des instances constitutrices, le CNRS, l'Université, et l'ÉHESS, dont la participation à l'UMR doit prochainement être institutionnalisée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Guichard, « Archéologie et histoire dans le monde méditerranéen et les pays rhodaniens au Moyen-Age. CIHAM/UMR 5648 du CNRS », Cahiers d'histoire [En ligne], 41-3 | 1996, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 28 mai 2017. URL : http://ch.revues.org/243

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org