Navigation – Plan du site
Articles

Désordres et turbulences nobiliaires en Guyenne à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle

Anne-Marie Cocula

Résumés

À l'issue des guerres de religion qui l'ont durement meurtrie, la Guyenne se retrouve "orpheline", abandonnée par le prince qui a infléchi son histoire récente : le roi Henri III de Navarre devenu Henri IV, à la suite de l'assassinat d'Henri III, en août 1589. Dans le royaume, les difficultés qui l'attendent sont telles qu'il ne reviendra plus dans la province dont il a été le gouverneur, ni dans ses États souverains de Béarn et de Navarre. Pourtant la Guyenne n'est pas à l'écart de ses préoccupations. Le grand soulèvement paysan des Croquants, les turbulences nobiliaires, le mécontentement du parti protestant constituent autant d'événements inquiétants pour la stabilité de la paix conclue en 1598 avec, à l'intérieur du royaume, la promulgation de l'édit de Nantes et, à l'extérieur, la signature du traité de Vervins avec l'Espagne. Henri IV a pris la mesure de ce risque aquitain lorsqu'il désigne le maréchal d'Ornano comme successeur de Matignon, son lieutenant général en Guyenne, mort en 1597. Cette prise de conscience royale est ravivée peu de temps après par la conspiration de Biron et par le retentissement qu'elle aura dans la province. Moment difficile où toutes les interrogations suscitées par la rigueur du roi apparaissent au grand jour et où "le devoir de révolte" trouve une singulière résonance.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

Ancien Régime
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Cocula, « Désordres et turbulences nobiliaires en Guyenne à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle », Cahiers d'histoire [En ligne], 46-2 | 2001, mis en ligne le , consulté le 24 avril 2017. URL : http://ch.revues.org/232

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org