Navigation – Plan du site
Articles

Le traité de Lyon et le "chemin des Espagnols"

Geoffrey Parker

Résumés

La distance qui en séparait les composantes géographiques plaçait la monarchie espagnole dans une situation critique. En 1566-1567, pour faire face à la rébellion qui venait d'éclater aux Pays-Bas, Philippe II et ses ministres eurent recours à un couloir militaire qui permettait la circulation de troupes et d'argent de Milan à Bruxelles, en passant par la Savoie, la Franche-Comté et la Lorraine. Le traité de Lyon (1601) laissait la Savoie en possession d'une étroite vallée en direction de la Franche-Comté, tout particulièrement afin de conserver ce couloir militaire ; pourtant, inévitablement, l'intégrité de celui-ci avait été compromise. Bien que des troupes aient continué à traverser la Savoie jusqu'en 1620, les rois d'Espagne s'efforcèrent désespérément de trouver des itinéraires de rechange permettant le passage sans danger de leurs soldats et de leurs transports de fonds : les Cantons suisses catholiques, la Valteline, les vallées des Grisons furent testés tour à tour ; aucun ne se révéla sûr. Le traité de Lyon avait irrémédiablement compromis la capacité de l'Espagne à maintenir son influence en Europe du Nord.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geoffrey Parker, « Le traité de Lyon et le "chemin des Espagnols" », Cahiers d'histoire [En ligne], 46-2 | 2001, mis en ligne le , consulté le 26 juin 2017. URL : http://ch.revues.org/231

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org