Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Claude WACQUET, La conjuration des dictionnaires. Vérité des mots et vérités de la politique dans la France moderne, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2000, 265 p.

Olivier Zeller

Texte intégral

1C'est une démarche très ordinaire que celle qui consiste, pour l'historien moyen, à passer en revue les définitions que les dictionnaires classiques (Richelet, Académie, Furetière, Trévoux etc.) proposent pour le concept abordé. Mais l'approche ne va généralement guère plus loin ; il manque la réflexion critique qui seule permettrait de ne pas considérer ces rubriques avec naïveté. Or Jean-Claude Wacquet vient d'écrire un ouvrage de 265 pages sur l'histoire lexicologique de quatre mots seulement ! Mais il s'agit de mots aux connotations riches et lointaines : " conjuration ", " conspiration ", " cabale ", " complot ", des notions choisies à l'évidence pour leurs valeurs dans le champ du politique.

2Ici, le corpus est étendu, dépassant de beaucoup l'habituelle liste des grands dictionnaires. L'auteur l'utilise pour démontrer que les rédacteurs sont très loin d'avoir donné " l'usage ordinaire " des mots. Même s'ils s'en défendent, ils ont réalisé un travail " fondé sur des lieux, des références et des codes savants dont le propre est à la fois de faciliter et de contraindre l'interprétation ". Jean-Claude Wacquet parle ici d'une " réduction raisonnée ". Dans le cas des quatre mots-témoins, cette " orthodoxie du bien dire " harmonise le sens et l'idéologie politique.

3Cette démarche met en évidence de véritables ruptures. Les dictionnaires d'Estienne et de Monet se fondent sur Aristote et Cicéron, et traduisent les idées de république, de communauté et de division civile en fonction de conceptualisations antiquisantes qui ne se centrent que malaisément sur la notion d'État. Tout change dans la seconde moitié du XVIIe siècle : la valorisation de l'ordre et de la hiérarchie assimile maintenant la division à la désobéissance. Seul Furetière se hasarde à considérer le cas de la résistance à la tyrannie. L'évolution se poursuit au XVIIIe siècle : les grands dictionnaires continuent de légitimer l'ordre autoritaire en présentant du pouvoir une image abstraite, dépersonnalisée.

4Le dessein de ce très brillant essai est clair. Il s'agit de transcender les frontières de l'analyse lexicologique classique, et de contribuer à l'histoire de la philosophie politique. Définir les mots, c'est en privilégier certains usages, en disqualifier d'autres à l'aide de connotations qui s'inscrivent dans un modèle politique bien défini ; les dictionnaires ne sont pas seulement miroirs, mais instruments de constructions idéologiques. Jean-Claude Wacquet va jusqu'à les situer par rapport à des ruptures entre générations. De ses convaincantes analyses peut naître un souhait : que des mots-clefs de la description de la société et de la ville d'Ancien Régime soient bientôt soumis à un système de lecture comparable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Zeller, « Jean-Claude WACQUET, La conjuration des dictionnaires. Vérité des mots et vérités de la politique dans la France moderne, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2000, 265 p.  », Cahiers d'histoire [En ligne], 45-2 | 2000, mis en ligne le 26 janvier 2008, consulté le 15 septembre 2014. URL : http://ch.revues.org/214

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org