Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mémoires d'industries.- Le Monde alpin et rhodanien, n° 2-4, 1996, 348 p.

Serge Chassagne

Texte intégral

1Dix ans après un premier numéro (3-4/1987) consacré aux techniques et au patrimoine industriel, la revue éditée par le Musée dauphinois revient sur l'histoire industrielle régionale, en rassemblant une vingtaine de contributions, retenues, nous dit Jean Guibal en avant-propos, " pour leur capacité à rendre compte des principales directions de la recherche actuelle ". Quatre concernent d'abord les sources, écrites ou iconographiques, de l'industrie. Vital Chomel rend compte, en expert " qui n'a plus les mains aux mancherons ", des deux tomes déjà parus (en 1993-1994) du Guide documentaire de François Robert sur Les archives d'entreprises en Rhône-Alpes, et, devant " les menaces destructrices qu'une carence institutionnelle avérée laisse planer sur cette part minimale du patrimoine écrit des entreprises ", propose des solutions légères et raisonnables, qu'on espère voir bientôt appliquées. Sylvie Vincent, conservateur au musée dauphinois, donne à lire les traces de l'activité industrielle dans l'art religieux du XIXe siècle - toile de sainte Barbe en l'église d'Aveillans, retable de saint Éloi en l'église d'Allevard, ou vitraux patronaux à Renage ou à Livet. Marianne Clerc a recherché dans les collections d'estampes conservées à Grenoble les images des débuts de l'industrialisation - sidérurgique - dauphinoise, entre 1770 et 1840. Enfin Patrizia Chierici, professeur au Politecnico de Turin, spécialiste connue de l'architecture de l'industrie, présente les résultats de l'enquête napoléonienne de 1810 sur les " forges, fourneaux et usines métallurgiques " dans le département piémontais de la Doire - avec notamment une très belle collection de dessins dus à l'arpenteur Presbitero. Quatre contributions, plus ethnologiques, traitent des savoir-faire et des identités professionnelles - au vrai, plus dans l'artisanat que dans l'industrie - : les ébénistes de l'Ouest lyonnais, étudiés par Michel Rautenberg, les carriers du bassin de Montalieu, en bordure du Rhône, par Sophie Caillis, ou de Villette, en Tarentaise, par Geneviève Marotel, les uns et les autres toujours en activité, ne sont pas à mettre sur le même plan que les ouvrières de la soie en bas-Dauphiné sous la Troisième République, étudiées par Andrée Gautier à partir de sa thèse de troisième cycle, naguère soutenue à Lyon-2. Trois auteurs nous proposent d'intéressantes monographies d'entreprise familiale plurigénérationnelle : Valérie Huss, conservateur au musée de Bourgoin, sur la manufacture d'impression Brunet-Lecomte de Jallieu, fondée en 1855 et fermée en 1969, Nicole Barthélemy sur la taillanderie Bret à Charavines, dans la vallée de la Fure, elle aussi fermée en 1969 après une existence de deux siècles, l'Américain Robert Smith sur la firme de construction mécanique Bouchayer et Viallet, de Grenoble, 1847-1971. Plusieurs étudient des sites, ou des espaces industriels encore visibles : Marie-Christine Bailly-Maître, " les mines et la métallurgie de l'Oisans du Moyen Âge au XIXe siècle " ; Pascale Bodin, " les anciens établissements [de draps de troupe et d'impression] Pascal-Valluit ", installés sous la Restauration au faubourg d'Arpôt, " à Vienne, en Isère ", agrandis en 1860 et transformés en 1875-1880 ; Florence Charpigny, " les structures et les représentations " de l'espace et du temps dans les deux vallées moulinières de la Gluyère et de la Veyruègne, en Ardèche. Deux ingénieurs, Jean-François Parent et Alain Schrambach, restituent, en archéologues industriels, cinq temps forts de l'industrialisation de la vallée de la Fure, située entre le lac de Paladru et le confluent avec l'Isère : 1800-1825, 1865-1870, 1900-1910, 1920-1939, et 1994, tous marqués par l'abondance de " l'énergie hydraulique disponible ", malgré " les difficultés d'accès et l'étroitesse des sites ", et appellent eux aussi en conclusion à " des actions de sauvegarde et de mise en valeur ". Georges Gay, géographe de " la structuration de l'espace " de la vallée du Gier, en décrit quelques exemples de patrimoine industriel comme " palimpseste social ", à la fois par les effets de la désindustrialisation et par " l'incapacité de la société locale à assumer le passé qui s'inscrit dans les logiques productives de cet espace ". " Il est donc souvent difficile ", poursuit-il, " d'asseoir la légitimité de lieux et de bâtiments qui ont de plus perdu la seule valeur qui leur était spontanément conférée, celle d'être des lieux de production ". À quel paysage industriel aujourd'hui en friche ne pourrait-on en fait appliquer ces réflexions, auxquelles l'historien soussigné adhère pleinement ? " Leur préservation ne peut se satisfaire d'un simple inventaire, et il faut faire ?uvre de légitimation par une généalogie des lieux qui [...] leur redonne sens et identité ". Des autres contributions, retenons encore, parce qu'elles rejoignent l'histoire générale des techniques, l'histoire, brève (1802-1814), de l'école pratique des Mines de Peisey, en Savoie, par Ivan Gadenne, conservateur du patrimoine de la Savoie, et celle des missions de productivité aux États-Unis entre 1949 et 1953, par Yves Nicolas (GRESEC, Grenoble). Saluons donc comme il se doit cette réussite éditoriale et scientifique, que les historiens notamment rhônalpins ne sauraient ignorer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Chassagne, « Mémoires d'industries.- Le Monde alpin et rhodanien, n° 2-4, 1996, 348 p.  », Cahiers d'histoire [En ligne], 42-1 | 1997, mis en ligne le 14 janvier 2008, consulté le 22 novembre 2014. URL : http://ch.revues.org/21

Haut de page

Auteur

Serge Chassagne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org