Navigation – Plan du site
Articles

Politique, rumeurs et solidarités territoriales dans les résistances au recensement de 1841

François Ploux

Résumés

En 1841, la décision du ministre des Finances Georges Humann de faire procéder, dans toutes les communes du royaume, à un recensement général destiné à améliorer le produit des contributions directes, provoque — notamment dans le Midi de la France — une vague de troubles assez violents. Exploité par les partis d'opposition au régime de Juillet, le mécontentement populaire associe fréquemment la détestation du fisc à la revendication politique. Cependant l'objet véritable de l'opération a été dénaturé par une rumeur, qui circule à travers le pays : on semble persuadé que les agents du recensement sont chargés de dresser un inventaire du linge, du bétail, du mobilier, des femmes enceintes, etc., inventaire qui servira de base à l'établissement d'un nouvel impôt. Cette croyance est bien souvent à l'origine du soulèvement, qui s'opère selon des mécanismes complexes ; les liens de solidarité territoriale, produits tout à la fois de l'adhésion spontanée et de la contrainte, s'y révèlent particulièrement vigoureux.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Ploux, « Politique, rumeurs et solidarités territoriales dans les résistances au recensement de 1841 », Cahiers d'histoire [En ligne], 44-2 | 1999, mis en ligne le , consulté le 01 mai 2017. URL : http://ch.revues.org/194

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org