Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean VERLHAC, La formation de l'unité socialiste (1898-1905), présentation de Marc HEURGON, Chemins de la mémoire, Paris, L'Harmattan, 1997, 316 p.

Bernard Comte

Texte intégral

Ce n'est pas un livre ordinaire que publient les proches de Jean Verlhac (1923-1995), mais le mémoire qu'il avait présenté 50 ans plus tôt à la Sorbonne pour le diplôme d'études supérieures d'histoire. Cette étude, dont on aimerait savoir qui l'a dirigée (Ernest Labrousse ?) et avec quelle appréciation, constitue aussi un témoignage indirect sur son auteur et les convictions qui ont inspiré son ?uvre de militant et d'animateur politique.
Le présentateur rappelle le parcours de Verlhac : khâgneux à Lyon en 1941-1944 et " tala de gauche ", il a été marqué par l'influence de Jean Lacroix, d' Esprit et de Témoignage chrétien, s'est intéressé au communisme et a été initié à l'analyse politique par l'enseignement d'histoire du " Père Hours " (voir son témoignage dans Églises et chrétiens dans la Deuxième guerre mondiale. 2. La France). Engagé dans la Résistance spirituelle et politique, il sert en 1944 dans l'équipe de liaison du chef régional FFI Descour- Bayard. Journaliste militaire après la Libération, il termine ensuite ses études à la Sorbonne tout en enseignant, sans cesser de militer, à la direction de l'Union des chrétiens progressistes puis de La quinzaine ainsi que du Mouvement de la paix. C'est ensuite la genèse et l'animation de l'UGS puis du PSU, dont il est l'un des éditorialistes, et le combat contre la guerre d'Algérie, avec une grave blessure au métro Charonne, puis l'installation à Grenoble en 1964. Artisan majeur de la coalition qui porte Dubedout à la mairie et de l'élection de Mendès France, il se spécialise dans la politique urbanistique, à la fois en acteur avec la réalisation de la Villeneuve, et en observateur à l'Institut d'urbanisme et d'aménagement qu'il crée et dirige pendant dix ans. Premier adjoint et animateur influent du parti socialiste isérois, il a poursuivi dans la voie prise dès sa jeunesse : travailler, par la réforme institutionnelle et l'éducation, à une redistribution des ressources et du pouvoir dans le sens de l'égalité démocratique. Travailleur patient et lutteur tenace, négligeant les discours et la course aux places, il a été un artisan d'unité et un organisateur d'entreprises collectives.
Sur le socialisme français du tournant du siècle, l'étudiant de 1946-1947 a construit, à partir de la presse et des publications des acteurs ou témoins, un récit convaincant de la marche à l'unité. Son fil conducteur est le développement d'une interprétation politique du grand débat entre les amis de Guesde et ceux de Jaurès. Aux marxistes doctrinaires campés sur de strictes positions de classe avec le projet d'un parti fortement organisé, s'opposaient les socialistes citoyens de la République, soucieux de participer au combat parlementaire en soutenant la gauche jacobine menacée par la réaction monarchiste et cléricale. Le développement du mouvement ouvrier, lié à la conjoncture économique et à l'industrialisation, pèse dans cette divergence, comme le rapport des forces politiques au temps de l'Affaire et du Bloc des gauches et, en fin de parcours surtout, la situation internationale. Ainsi concourent à l'unité de 1905 les pressions de l'Internationale et la lucidité de Jaurès percevant qu'après 1902 l'affrontement entre gauche républicaine et droite réactionnaire s'efface devant les luttes sociales et les choix de politique internationale. Aux radicaux triomphants, gérants d'une République installée, s'opposent désormais les socialistes unifiés, constructeurs du parti révolutionnaire de la classe ouvrière, comme le symbolise dans la Chambre élue en 1906 le grand débat entre Clemenceau et Jaurès. C'est la conclusion de Verlhac, au terme d'une analyse politique des stratégies révolutionnaires qui n'a pas cédé au réductionnisme économico-social : " À la Révolution de 89, la révolution jacobine, (le socialisme français) en opposait une nouvelle vers laquelle il tournait ses efforts, la révolution prolétarienne ".
Quelles que puissent être les lacunes de cette ?uvre de jeunesse, réalisée sans archives et antérieure aux travaux initiés par Georges Lefranc, Claude Willard ou Madeleine Rebérioux, elle porte, par la fermeté de la pensée et la sobre clarté de l'écriture (parfois desservie ici par de fréquentes coquilles), la marque de son auteur : rigueur dans l'analyse alliée à la vigueur de l'engagement, sens du réel et de l'efficacité au service de profondes convictions.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Comte , « Jean VERLHAC, La formation de l'unité socialiste (1898-1905), présentation de Marc HEURGON, Chemins de la mémoire, Paris, L'Harmattan, 1997, 316 p. », Cahiers d'histoire [En ligne], 42-2 | 1997, mis en ligne le , Consulté le 16 avril 2014. URL : http://ch.revues.org/143

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page