Navigation – Plan du site
Articles

Alcoolisme et classe ouvrière en France aux alentours de 1900

Jacqueline Lalouette

Résumés

En France, au XIXe siècle, la consommation de vin et d'alcool connut un spectaculaire accroissement. Les produits consommés étaient souvent d'exécrable qualité, falsifiés ou colorés à l'aide de divers produits naturels ou de synthèse. Par ailleurs, dans le cadre de sa politique sur les libertés publiques, la Troisième République triomphante facilita à l'extrême l'ouverture des débits de boissons (loi du 17 juillet 1880). Dans certains quartiers populaires, on compta en moyenne près de trois débits pour cinq immeubles. Né dès la première moitié du siècle, amplifié après la Commune, le discours hygiéniste des philanthropes et des médecins tendit à décrire les classes populaires comme rongées par le fléau de l'alcoolisme. Les leaders ouvriers, socialistes de la première génération, reçurent mal ces considérations moralisatrices. Puis, dans les années 1890, le ton changea. L'alcoolisme et la fréquentation des débits furent désormais considérés comme des obstacles à la cause révolutionnaire, et un mouvement antialcoolique, syndicaliste et socialiste prit naissance. Cependant, l'alcoolisme ouvrier reste une inconnue, aucune statistique ne permettant de cerner la consommation alcoolique des classes sociales.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Alcool, Ouvriers

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Lalouette, « Alcoolisme et classe ouvrière en France aux alentours de 1900 », Cahiers d'histoire [En ligne], 42-1 | 1997, mis en ligne le , consulté le 23 avril 2017. URL : http://ch.revues.org/11

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org