Navigation – Plan du site
Articles

Les violences rurales et l'émiettement des objets au XIXe siècle. Lectures de la ruralité

Frédéric Chauvaud

Résumés

Faire l'histoire de la violence rurale au XIXe siècle consiste d'abord à en proposer une lecture polyphonique. Ainsi la violence peut être une manière de revivifier l'histoire rurale. En effet, l'étude des faits violents est une véritable démarche heuristique. Pourtant, dans l'immédiat, la plupart des travaux se méfie du concept de la violence et les enquêtes historiques privilégient la violence collective ; mais, même ainsi, de nombreuses zones d'ombre subsistent : que savons-nous exactement du maintien de l'ordre dans les campagnes et de la répression ? Toutefois, le regard de l'anthropologie historique peut apporter beaucoup à l'historien, à condition qu'il sache éviter les pièges de la taxinomie judiciaire. Observer la violence apprivoisée, c'est aussi s'attacher à une notion neuve en histoire : la conflictuosité. Alors le villageois devient un " être en compte ". Mais il convient aussi de s'attarder sur la construction des figures de l'altérité. Reste enfin à observer un axe de recherche ignoré : les relations entre la violence et la justice, et plus particulièrement les modes de régulation des différends et les interrogatoires judiciaires.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Histoire rurale, Violences

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Chauvaud, « Les violences rurales et l'émiettement des objets au XIXe siècle. Lectures de la ruralité », Cahiers d'histoire [En ligne], 42-1 | 1997, mis en ligne le 14 janvier 2008, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://ch.revues.org/10

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org